Ma critique de « Au service surnaturel de sa majesté » de Daniel O’Malley

Vous qui n’avez pas encore lu « Au service surnaturel de sa majesté », vous avez bien de la chance car vous ne connaissez encore rien à la « Chequy », mais vous allez avoir la chance de le découvrir !

La « Chequy » est un service secret chargé de combattre les forces surnaturelles (et les conspirations belges) sur le territoire britannique. Une sorte de cousine, ou de grande sœur plutôt, du MI5 mais encore bien plus secrète, bien plus puissante, et en grande partie composée de membres dotés de pouvoirs surnaturels.

La Tour Myfanwy Thomas en est un des agents.

Le roman commence quand elle reprend conscience dans un parc de Londres, entourée de cadavres d’hommes en costumes portant des gants en latex.

Elle ne se souvient de rien mais, ce qui est (encore plus) étonnant, c’est qu’elle semble avoir prévu son amnésie car elle a sur elle une lettre écrite de sa main :

Après tout, je t’écris cette lettre pour que tu la lises dans le futur. Tu te demandes peut-être pourquoi quiconque ferait une chose pareille. La réponse est à la fois simple et compliquée. La version simple est que je savais que ce serait nécessaire. La version compliquée risquerait de prendre un peu plus de temps.

Myfanwy va devoir poursuivre l’enquête menée par son autre « moi », celui d’avant l’amnésie, tout en s’efforçant de tenir sa place au sein de la Chequy, et donc de cacher sa perte de mémoire…

Mon Dieu, qui aurait cru que ce serait aussi affreusement compliqué de se faire passer pour soi ?

Personnellement, je ne savais pas trop où je mettais les pieds en commençant ce roman alors je vais (essayer de) vous le décrire un peu : imaginez « Men in black » transposé en livre, rendez-le plus inventif, plus mordant, et plus drôle en ajoutant une dose de « Dr Who » et une pincée du « Prisonnier » et vous vous rapprocherez (un peu) de la vérité.

Bref, un roman « so » british (pourtant écrit par un australien) qu’on dévore avec gourmandise tant l’écriture en est agréable, l’imagination de l’auteur débordante et l’intrigue abracadabrantesque mais parfaitement maîtrisée.

Un vrai coup de cœur, vite, le tome 2 !


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Écrit par moko

Lomographe, lecteur... et maître de la toile d'araignée... et expert en accessibilité... et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design...

Laisser un commentaire