Trucs de geek

Mon Raspberry s’habille « Classic »

Mon Raspberry s’habille « Classic »

Ça fait que je suis Chris McVeight et ses fabuleuses créations en lego… alors quand j’ai commencé à me poser la question de comment habiller mon Raspberry Pi, l’idée des lego est venue très vite… et ses créations juste après.

J’ai hésité entre son modèle de Macintosh (Classic) et celui d’iMac (plus dispo sur son site mais il m’a gentiment envoyé un fichier Lego Digital Designer). Finalement, le Raspberry + son écran tactile étaient trop épais pour l’iMac alors je suis resté sur le Classic.

J’ai joué avec ses modèles pour en faire une version adaptée à mon projet : un peu plus grande, avec la place pour le Raspberry et l’écran, qui puisse s’ouvrir pour récupérer l’ensemble, avec les différentes prises accessibles.

J’ai fini par arriver à un premier modèle… pour me rendre compte que c’est naze, en fait, Lego Digital Designer : ils te proposent des tas de pièces qu’ensuite tu ne peux pas acheter sur leur site (via Pick a brick donc).

Grrrr, j’ai donc recommencé mes essais pour réussir à concevoir un modèle avec uniquement les pièces disponibles. Et voilà donc le résultat !

J’arrive bien à accéder à l’écran, je peux utiliser les prises USB et, avec quelques ajustements de dernières minutes, j’ai même réussi à le brancher sans devoir tout casser ! Bref, je suis assez content 🙂

Et maintenant, quelques photos :
Raspberry Pi déguisé en Macintosh Classic en Lego

Raspberry Pi déguisé en Macintosh Classic en Lego

Il s’ouvre pour accéder au Raspberry

Raspberry Pi déguisé en Macintosh Classic en Lego

Vu du dessus

Raspberry Pi déguisé en Macintosh Classic en Lego

Démarage

Raspberry Pi déguisé en Macintosh Classic en Lego

Et voilà Raspbian lancé 🙂

Premiers retours sur l’apple watch

Premiers retours sur l’apple watch

Depuis vendredi dernier, pour la première fois depuis 20 ans, j’ai de nouveau une montrer au poignet… mais attention, pas n’importe quel montre : une watch.

1er constat : c’est bien la montre qu’il me fallait

Je n’ai pas hésité longtemps entre les modèles, je n’avais pas besoin de plus que du modèle « Sport » et, de toute manière, c’est ce modèle que je préférais, et plus précisément le modèle en aluminium « gris sidéral » avec bracelet noir (Je n’aurais pas été contre un bracelet de couleur mais je n’accroche pas vraiment aux boitiers argentés donc le choix était vite fait).

Je n’étais par contre pas sûr de la taille du boitier… Au moment où Apple a présenté la montre, j’avais peur que le modèle de 42mm soit trop gros, trop épais… or, là aussi, je cherchais plutôt une montre qui sache se faire oublier… Les premiers tests que j’ai lu m’ont fait changé d’avis pour finalement, effectivement, commandé le modèle de 42mm… ce dont je me félicite car, vraiment, elle me plait bien comme elle est : ni trop voyante, ni trop épaisse, ni trop grande 🙂
Mon  watch

2ème constat : les craintes quant à son (supposé) manque d’autonomie étaient infondées

La présentation de l’ watch et les premiers retours semblaient alarmants : la montre tiendrait elle même la journée ?
Hé bien, en fait, après une semaine d’utilisation « normale » à « c’est le début, je découvre, je m’amuse », je n’ai besoin de la recharger qu’un jour sur deux et, même le deuxième soir, elle est loin de passer en mode Réserve.

3ème constat : elle s’insert tout doucement dans mon quotidien

On est bien loin de l’expérience radicalement nouvelle qu’on a pu ressentir pour notre 1er smartphone, voire pour notre 1ère tablette : la montre n’est pas un nouveau terminal mais une extension de l’iPhone.
Avoir une watch n’est donc pas à proprement parlé une expérience « nouvelle », c’est une évolution de ce qu’on connait déjà.
Mes applications

  • J’avais déjà fait un choix assez drastique pour ne garder sur l’iPhone que les notifications que je considère comme les plus pertinentes (« Quelles applications sont-elles autorisé à attirer mon attention ? »), je retrouve ces mêmes notifications à mon poignet, plus besoin de sortir mon iPhone de ma poche, c’est tout. Et c’est beaucoup.
  • C’est un formidable kit main-libre : avoir la notification d’un appel à son poignet, décrocher via la notification et parler en continuant à faire ce qu’on était en train de faire m’aurait paru, il y a peu, comme de la science-fiction… et depuis une semaine, non seulement je le fais, mais en plus c’est vraiment tout naturel
  • J’ai hâte de voir de nouvelles applications qui sauront encore mieux tirer parti de la montre : natives, intelligentes, pertinentes… mais je suis déjà surpris par la qualité de celle qui sont déjà disponibles et par leur richesse. Vraiment impressionné en fait !

4ème constat : toute nouvelle et déjà familière

J’avais peur de devoir réapprendre laborieusement de nouveaux gestes, devoir prendre de nouvelles habitudes. Je m’inquiétais que les interactions possibles avec la montre soient trop cachées… Et en fait, là aussi, non. Tout se fait de manière très naturel : les taps, l’usage de la couronne digitale ou de force touch… tout cela est nouveau et, pourtant, tout cela me semble déjà familier.

Prenons un exemple : la technologie « Handoff » qui permet depuis Yosemite la continuité de l’expérience entre l’iPhone, l’iPad et le Mac n’était pas encore vraiment rentré dans mes habitudes. Je suis équipés des trois mais, soit parce que j’avais déjà développé des mécanismes et des astuces pour m’en passer, soit parce que ça me paraissait encore un peu nébuleux, je ne l’utilisait pas vraiment… Hé bien, entre la montre et l’iPhone, je l’utilise ! Sans y penser… Une notification arrive, je clique dessus… c’est trop long pour être consulté sur la montre, pas de soucis, je retrouve l’icône de mon app en bas à droite de l’écran de mon iPhone et je peux, tout naturellement, y prolonger mon expérience 🙂
(bon, ne nous mentons pas, toutes les applications ne tirent pas encore parti d’Handoff… mais j’espère qu’elles le feront !)

Conclusion

Bel objet, réalisé avec soin. Belle interface avec, comme d’habitude, le soucis du détail… Belle expérience utilisateur.

Beau boulot Apple !

(l’image d’entête est de Hiné Mizushima. Elle est disponible en licence Creative Commons CC BY-NC-ND 2.0)

#StreetArt, l’innovation au cœur d’un mouvement

#StreetArt, l’innovation au cœur d’un mouvement

Ce midi, j’ai été visité l’expo « #StreetArt, l’innovation au cœur d’un mouvement » à la Fondation EDF… et j’ai vraiment beaucoup aimé.

Mention spéciale à :

  • « Picturae », une installation bluffante qui permet d’utiliser une bombe de peinture sur un grand écran pour taguer, de manière numérique, l’image qui s’y projette. Génialnbsp;!
  • « Follow The Leaders », une autre installation installée dans la pénombre sur laquelle vous interagissez en vous déplaçant à coté.
  • « Truly design », un pégase en anamorphose c’est à dire qu’il est dessiné sur plusieurs surfaces, sur plusieurs plans, mais qu’en prenant du recul, on peut le voir se recomposer comme un dessin unique
  • « Light graff », c’est à dire des dessins littéralement composés de lumières

J’ai publié quelques photos (et une vidéo de « Follow The Leaders ») sur un album Flickr, les voilà :

Si ça vous intéresse, courez-y car l’expo se termine le 1er mars. Toutes les infos sont ici

Enfin, sachez qu’ils ont eu la bonne idée de faire un catalogue d’expo numérique que vous pouvez télécharger gratuitement sur iBooks ou sur Google Play.

Mais c’est qui le client, b***** ?

Mais c’est qui le client, b***** ?

Petit billet d’humeur… légère, certes, mais d’humeur tout de même !

19 septembre 2016 : les pré-commandes de l’iPhone 6 ouvrent, chouette, je vais pouvoir changer mon iPhone 5 ! À moi un système plus réactif, de plus belles photos, la sécurisation par mon empreinte digitale et peut-être même, un jour, que je pourrais payer avec.

La question n’était donc pas « Vais-je changer mon iPhone ? », ni même « Par quel téléphone le remplacer ? » mais bien « Où vais-je le pré-commander ? ».

1ère essai : chez Bouygues Telecom

Je ne suis plus engagé chez eux donc je ne m’attendais pas à ce qu’ils me proposent un tarif particulièrement attrayant… mais ça me paraissait la solution la plus simple et, même sans réductions, le tarif était intéressant.

Mais en fait, non. Il ont tout simplement refusé de me le vendre ! « Changement de mobile impossible avec votre forfait » !

Sélectionnez le prix de votre mobile

Espace client Bouygues Telecom


En résumé : vous n’êtes plus engagé et on a envie que vous changiez de forfait donc, même plein pot, on ne vous le vendra pas. Ou alors vous changez pour le même forfait mais 7 euros plus cher ? Ou moins bien mais au même prix ? Ah bon, vous ne voulez pas ?
On est pas loin du refus de vente, là, non ?

2ème essai : à la Fnac

À la Fnac, ils sont sympas, ils ont bien voulu que je leurs achète un iPhone. En plus, il sera désimlocké, ce ne sera pas plus mal. Hop, je le commande !

Quelques jours plus tard, j’entends parlé de décalage de livraisons sur le net… Ça m’intrigue donc je vais vérifier dans mon espace client et là, effectivement, ce n’est plus la date du 19 qui est indiquée mais la date du 25. Déception… mais surtout étonnement de ne pas en avoir été averti. Je bataille un petit peu pour trouver un formulaire de contact (d’emblée, on sent bien que la Fnac préfère qu’on l’appelle mais, de une, il est 23h et leur centre d’appel est fermé et, de deux, moi quand je suis sur le web, j’aime bien ne pas changer de canal donc j’aime encore bien la communication par e-mail). Je leurs exprime donc (bien poliment, je ne suis pas un sauvage) mon étonnement du décalage et du manque d’informations et leurs demande s’ils peuvent me confirmer une date de livraison définitive.

24h passent  : pas de réponse

Le sur-lendemain, je reçois ce message :
Nous, à la FNAC, on aime pas les e-mails
Étonnant, non ? En gros ils me confirment qu’ils sont pas bien doués dans la gestion des e-mails, ils espèrent que je me sois débrouillé tout seul et que, sinon, je peux les appeler (mais dans les heures d’ouvertures hein).

Je leurs réponds que non, mon problème n’est pas résolu, et que non, je ne souhaite pas les appeler pour le régler, je préfèrerais qu’ils tiennent compte de mon souhait initial : une communication par e-mail.

Je n’aurais jamais de réponse à ce message mais quelques heures après, je reçois le message générique suivant :
L'équipe Relation Clients FNAC vous informe
OK. C’est vague, ça ne réponds pas précisément sur ma date de livraison (entre temps passée, sur le site Fnac à « début octobre ») et ça rejette la faut sur le « fournisseur ».
Admettons… même si chez les autres, ça m’a l’air moins chaotique et que ce n’est pas la première fois que c’est à la Fnac/ que les précommandes d’iPhone se passent mal… N’empêche que « début octobre », sans plus de précision et avec ce mépris affiché… moi je passe. Pré-commande annulée.

Et donc, mon iPhone ?

Hé bien, je l’ai commandé vendredi dernier chez Sosh et je le récupère ce midi 🙂
Bye bye Bouygues et Bye bye la Fnac ! Bonjour Sosh 🙂

L’image d’entête est de download.net.pl disponible en licence CC BY ND

Star Wars Identities

Star Wars Identities

Ce week-end, on profite d’être déjà en vacances, mais de ne pas être encore descendu retrouver les enfants (demain, on fête nos 7 ans de mariage, et les fête juste tous les deux !), on peut faire des choses qu’on a pas fait depuis quelque temps… et comme aujourd’hui, il se trouvait que Sarah était à Paris, je les ai laissées ensemble et j’ai filé direction Saint Denis pour aller visiter l’expo Star Wars Identities.

J’aime beaucoup Star Wars, sans en être un fan absolu… mais il faut avouer que je suis quand même plutôt geek donc que cette exposition avait quand même des chances de me plaire… malgré un prix relativement élevé… ça valait le coup d’essayer.

Et donc ? Oui, c’était vachtement chouette comme expo !

Bien sûr, j’ai pris quelques photos :

Pendant toute l’expo, on porte un bracelet et on se construit un personnage de Star Wars : race, nom, origines, caractère, ideaux… jusqu’au choix finale : allez-vous succomber au coté obscure de la force ou non ?
C’est plutôt rigolo et vraiment bien fait 🙂
Je vous présente donc le Sénateur Moko, Kaminoan natif de Coruscant :

Et sinon, je suis très fier de moi parce que y’avait plein, mais alors PLEIN, de trucs dans la boutique (forcèment) et je ne suis revenu qu’avec une petite figurine de Yoda. Pas mal, non ?

  • 1
  • 2