Ma critique de « Briser la glace » de Julien Blanc-Gras

Ma critique de « Briser la glace » de Julien Blanc-Gras

Nous l’avons déjà suivi en Amérique du sud, au Mexique, aux Émirats… C’est au Groenland que Julien Blanc-Gras nous invite à le suivre dans « Briser la glace ».

Un périple étonnant dans un pays qui ne l’est pas moins. Nous avons tous des idées reçues sur ce pays (en tout cas JBG et moi), on se rendra compte à la lecture qu’elles sont, pour la plupart fausses.

Un lecture très agréable et, pour ne rien gâcher, instructive. Par petites touches, dans de courts chapitres, on suit l’auteur à la découverte des villes comme des villages, des Groenlandais mais aussi des autres visiteurs ou expatriés du coin. On peut mesurer l’impact du changement climatique (même si ce n’est manifestement pas un problème, pour les Groenlandais en tout cas) mais aussi l’impact de l’irruption du monde moderne sur une société traditionnelle.

C’est léger, parfois un peu décousu mais toujours, et comme toujours, très drôle.

Je fais des conférences dans des écoles et je vois qu’on ne montre que du négatif aux gamins. On leur explique que la planète est foutue. Je préfère leur transmettre l’idée que la planète est belle.


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

La photo d’entête est de StarryEarth. Elle est en licence Creative Commons BY-NC 2.0.

Ma critique de « Long Island » de Christopher Bollen

Jʼai été attiré par de nombreuses critiques, dans la presse et sur le net, toutes assez élogieusesmais je dois avouer que je ne suis vraiment pas convaincu par ma lecture.

Le polar est assez insipide (on devine rapidement le nom du coupable), lʼhistoire traine en longueur et plusieurs des personnages ne mʼont pas parus réellement crédibles… Bref, voici un livre que je suis heureux dʼavoir terminé 🙁

Ce qui sauve (un peu) ma lecture, cʼest peut-être la description dʼOrient, petit ville dʼenviron 700 habitants au bout de Long Island. Les mécanismes à lʼoeuvre au sein de sa communauté, entre les « natifs » dʼOrient, souvent héritiers de famille établies là depuis des générations, et les riches artistes new-yorkais qui ne cherchent pas vraiment à sʼintégrer et font monter en flèche les prix de lʼimmobilier. La gentrification dʼOrient peut-elle lui faire perdre son âme ?

Pour le reste, je dois avouer que les tergiversations de Beth mʼont plus ennuyé quʼautre chose, le personnage de Paul manque à mon sens de profondeur, Mills est par bien des aspects une énigmes, les multiples artistes décrits (longuement) sont sans doute crédibles mais quel manque de profondeur !

Bref, cʼest long long loooonnng. Lʼénigme est cousue de fil blanc, lʼhistoire peu crédible et le style brouillon. Vite, un autre livre !


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Bonne année !

Les années passent, la tradition demeure : j’ai fait ma sélection des mes posts de l’année écoulée (sur ce blog, sur instagram, sur twitter) et je vous en ai fait un mini-site qui tiendra lieu de carte de vœux.

Cliquez pour afficher la carte de vœux

Pour résumer 2017, c’était…

  • 24 critiques de livres
  • Quelques vacances, de Châtel en hiver à Douarnenez en été, en passant évidemment par Royan et la Lorraine
  • Encore pas mal de Paris mais aussi déjà beaucoup de Strasbourg
  • Pas mal de gâteaux
  • Quelques jeux
  • Un baptême
  • Une vie numérique toujours riche… du Paris Web, des évènements chez Mozilla, un repassage d’opquast…
  • etc.