#SmashingConf : Jour 2

#SmashingConf : Jour 2

(Le jour 1, c’était hier 😉)

Les conférences

An so the Mystery begins

Le mystery speaker de cette année, c’était Chris Heilmann et sa conférence s’intitulait Welcome to planet Fintlewoodlewis
Une conférence pleine de bon sens.

Petite sélection de citations :

  • As soon as you think you should control the user, please leave the Web.
  • We need to create for people who are not us.
  • Unblock the pipes. Websites became so obese.
  • We shouldn’t force users to use a new browser. They come to us, we should make it work for them. We should not force our users to nothing!
  • Fix the broken things before we build shiny new broken things

Enhancing Responsiveness with Flexbox par Zoe M. Gillenwater

Le message est, peu ou prou, le même que l’an dernier mais, comme Zoé m’avait convaincu l’an dernier, c’était à la fois rassurant et amusant d’assister à cette conférence. Le pourcentage de navigateurs supportants Flexbox a encore augmenté mais le principe reste le même : Flexbox as a progressive enhancement. Si vous n’avez pas encore passé le cap Flexbox, foncez !

Debugging HTTP par Lorna Mitchell

Je dois avouer que c’était une conférence un poil trop technique pour moi et que j’en ai profité pour aller acheté des cookies au marché couvert !

Making a silky smooth web par Paul Lewis

Obsédé par la performance ? Cette conférence était faire pour vous. Une bonne conférence pour mieux comprendre, et pour étende, la notion de performance web. Très concrète, pleine d’exemples… chouette !

Crafting for #WorldDomination par Polle de Maagt

Pour être honnête, je ne sais trop que penser de cette conférence… C’est un peu comme quand Google nous dit Don’t be evil, on a envie de le croire… mais on y croit pas. Les exemples montrés par Polle de Maggt sont sans doute de très beaux projets marketing de KLM mais ça me laisse un sentiment de malaise… C’est sympa cette idée de cadeau surprise qui vous arrive de nul part à l’aéroport et ces jolies hôtesses qui viennent vous l’ouvrir avec ce grand sourire… mais, quand on y réfléchit, c’est autant une traque des clients qu’une recherche de cadeau parfait. Bof, bof.
J’ai beaucoup plus apprécié la partie concernant la gestion de l’équipe User research for designers & ingeneers par Rachel Ilan Simpson

Une conférence passionnante sur tous les types de tests utilisateurs qu’on peut faire pour faire toujours mieux, plus adapté à nos utilisateurs. L’idée est de rentrer dans un cercle vertueux pour tester, prototyper, interviewer, évaluer… et recommencer. Ce qui se résume magnifiquement par Fail early. Fail often..
Mention spéciale à cette fabuleuse vidéo youtube The Scrollwheel dans laquelle touter personne ayant, au moins une fois, participé ou assisté à des tests utilisateurs se reconnaitra.
Ah et, euh, pourquoi diable a t’on tous téléchargé Pop ? C’était juste pour faire une (mauvaise) blague aux gens qui essaient tant bien que mal de maintenir le Wi-Fi ?

The UX of offline-first par Jake Archibald

Une conférence qui regroupe les 2 thèmes privilégiés de l’année : Progresive enhancement et Services Workers.
Elle n’est pas nouvelle mais j’aime toujours autant cette image d’un escalator pour expliquer le concept de Progresive enhancement. Quant aux Services Workers, je dois avouer que je ne sais pas encore bien quoi en faire mais que les conférences de cette année m’ont sérieusement chatouillé et qju’il va vraiment falloir que je creuse le sujet. Surtout que j’adore cette idée/citation : Is ServiceWorker ready? It will be — if you start using it.

La Photo walk

Nous avons fait, au pas de course parce qu’il était déjà un poil tard et que la lumière déclinait vite, une petit tour dans Oxford en suivant Cat Clark, puis nous sommes tous allé dans un pub pas bien droit pour boire des bières et manger des burgers.
(un billet suivra très vite avec mes photos !)

Bilan

Je repars d’Oxford reboosté, avec l’envie d’essayer plein de trucs et des idées plein la tête… Je retrouve aussi foi dans le web : revenir aux basiques, à du sémantique, du responsive par nature, des échanges enrichissants, des discussions stimulantes, ne pas re-inventer la roue, revenir à du simple, penser à tous, être accessible… (mais un peu paumé aussi quant les mozillians historiques sont recrutés par Microsoft et qu’on ne sais plus que penser de Google…)

Peut-être encore plus que l’an dernier, c’était un événement vraiment cosmopolite et ça fait un bien fou. J’ai discuté avec des anglais, pris des photos avec une néerlandaise, refais le monde avec des californiens et un tchèque, disserté bières avec un belge et un luxembourgeois, bu des cafés avec une norvégienne, mangé des hamburgers avec une allemande, un portugais vivant aux Pays-Bas, un grec et une espagnoles vivants en allemagne, fait un atelier avec un lithuanien… C’était vraiment incroyable.
Je reviendrais ! Rendez-vous l’année prochaine ?

#SmashingConf : Jour 1

#SmashingConf : Jour 1

Et voilà, nous sommes déjà au matin de la seconde journée de conférences de la SmashingConf Oxford 2015 ! Avant de la commencer, petit retour sur la journée d’hier :

La ville

Oxford me plait toujours autant. Moins de chance cette année avec le temps mais ça reste toujours aussi magique de s’y promener. Juste petit comme il faut pour pouvoir tout faire à pieds ou à vélo, juste grand comme il faut pour être super animé. Une énergie incroyable de dégage de ce lieu, c’est vraiment incroyable.

Les gens

Les échanges sont toujours aussi enrichissants ici avec des gens qui viennent de tous les horizons : j’ai croisé quelques autres français, un luxembourgeois, un belge (mais je soupçonne qu’il y en a d’autres), une norvégienne, une petite tribu de californiens, une néerlandaise… et pas mal d’anglais ! Une bonne partie sont développeurs mais ça reste vivable 😉

Les conférences

La journée a commencée, comme il se doit, avec un show de lasers de Seb Lee-Delisle, et des ballons

A Good Writer Is a Good Thinker par Christopher Murphy

Une bien chouette conférence pour commencer, juste ce qu’il faut d’abstraction et de généralités, quelques lectures conseillés, quelques règles de vie et/ou de travail à tester. Une conférence vraiment inspirante.

Getting Personal: The Why and How of Designing for People par Meagan Fisher

Une conférence rafraichissante avec des chats dedans. Le design et l’empathie, #toussa.

Don’t Give Them What They Want, Give Them What They Need par Richard Rutter

Une chouette conférence sur la refonte du site de Chelsea & Kelsington. J’en ai tiré, en vrac, la confirmation que l’HTML c’est mieux que des PDFs mais que des PDFs balisés c’est mieux que rien, qu’on n’est pas condamné à avoir un seul gabarit de site, que plusieurs moteurs de recherches, et plusieurs champs de recherches, c’est une idée à creuser, quelques considérations aussi sur la navigation et le fil d’ariane. Tout cela va bien me servir, je le sens.

Responsive Images are here! par Yoav Weiss

Une bon état des lieux… qui me laisse toujours un peu avec le même sentiment : tout cela est tellement compliqué ! Pour bien faire, il faut encore coder tellement, et produire tellement de versions que j’ai du mal à voir comment on peut intégrer cela dans un contexte un tant soit peu industriel. Bonne conférence, hein, je ne dis pas… mais il faut que je songe à ce que je vais en faire… On a des sites à faire vivre et des projets de refonte dans les tuyaux 😉

Rethinking Publishing par Peter Bil’ak

Je ne savais trop quoi penser cette conférence… mais finalement elle était assez intéressant et m’a donné envie de découvrir le magazine de Peter (ce qui était sans doute le but et faisait de cette conférence une sorte de publimercial assez étonnante ici).

Visualisation that takes us beyond the numbers par Natalie Yadrentseva

Cette conférence aurait pu être très intéressant, et elle faisait parti de celles que j’attendais avec impatience mais c’était en fait une suite de petits exemples, pas toujours très explicites, et personne ne semble avoir vraiment compris où elle voulait en venir… Dommage !

Beyond the browser par Tom Giannattasio

Il FAUT que je trouve une idée d’appli à développer avec nw.js que nous a présenté Tom, ça a l’air vraiment trop cool 🙂 <-- Quand on sort d'une conférence avec ça en tête, c'est que c'est gagné, non ?

Is Blink The New IE6? par Bruce Lawson

Une conf’ incroyablement inspirante et un conférencier tout aussi incroyable. ça a commencé par un historique qui donnait un petit peu le vertige sur les années Netscape 4/IE6/Netscape 6 (en tout cas à un dinosaure du web, ça donnait le vertige) pour finir à un état des lieu assez objective sur la situation actuelle des développeurs de navigateurs, et sur cette conclusion logique « The only people who could make a browser monopoly are us, developers. ». L’esprit de cette conférence était clairement #ShareTheLove, ça m’a fait penser à Paris Web !

Ce sont des réactions à chaud, mais je prendrais le temps en revenant de faire un retour plus poussé… et sans doute un petit Storify de mes tweets et de ceux que j’ai retweetés.

Sinon, merci vraiment à Smashing Magazine qui m’a offert 2 de leurs livres (je ne sais pas comment ils organisent leur tirage au sort ;))

Et, comme l’année dernière, mention spéciale à Elisabeth Irgens et à l’esprit de synthèse dont elle fait preuve pour produire, pour chaque conférence, des sketshbooks absolument incroyables.

La Smashing Party

Encore pas mal d’échanges enrichissants, en buvant pas mal de bière… C’était vraiment chouette.

Bon allez, il faut que je me dépêche de me préparer, c’est pas tout ça mais j’ai une seconde journée de confs qui commencent dans une heure moi !

#StreetArt, l’innovation au cœur d’un mouvement

#StreetArt, l’innovation au cœur d’un mouvement

Ce midi, j’ai été visité l’expo « #StreetArt, l’innovation au cœur d’un mouvement » à la Fondation EDF… et j’ai vraiment beaucoup aimé.

Mention spéciale à :

  • « Picturae », une installation bluffante qui permet d’utiliser une bombe de peinture sur un grand écran pour taguer, de manière numérique, l’image qui s’y projette. Génialnbsp;!
  • « Follow The Leaders », une autre installation installée dans la pénombre sur laquelle vous interagissez en vous déplaçant à coté.
  • « Truly design », un pégase en anamorphose c’est à dire qu’il est dessiné sur plusieurs surfaces, sur plusieurs plans, mais qu’en prenant du recul, on peut le voir se recomposer comme un dessin unique
  • « Light graff », c’est à dire des dessins littéralement composés de lumières

J’ai publié quelques photos (et une vidéo de « Follow The Leaders ») sur un album Flickr, les voilà :

Si ça vous intéresse, courez-y car l’expo se termine le 1er mars. Toutes les infos sont ici

Enfin, sachez qu’ils ont eu la bonne idée de faire un catalogue d’expo numérique que vous pouvez télécharger gratuitement sur iBooks ou sur Google Play.

Miam : partageons nos recettes

Miam : partageons nos recettes

RSS, twitter and co, je fais de la veille sur des sujets divers, et variés des trucs de webmaster aux trucs de geek, en passant par les trucs de lomographe… mais aussi des trucs plus concrets : les recette de cuisine. Et, sur ce sujet, je fais de la curation en mettant tout cela de coté dans un carnet Evernote…

Alors, comme les carnets Evernote sont partageables facilement, je vous le livre… n’hésitez pas à piocher dedans et, si le cœur vous en dit, partagez-moi vos propres recettes, je suis preneur 🙂

Bref, c’est là :

https://www.evernote.com/pub/zemoko/recettes#st=p&n=ee923a8b-a805-41d0-a4fe-613824e31469

https://www.evernote.com/pub/zemoko/recettes#st=p&n=ee923a8b-a805-41d0-a4fe-613824e31469

(L’image d’entête est de Heather aka Molly en licence CC BY-NC-ND)

Life Hacking

Life Hacking

En parcourant ma timeline twitter, j’ai eu l’idée de faire un peu le point sur ce que sont mes convictions sur des sujets aussi divers que la défense des libertés numériques, les nouveaux modèles de distribution et la neutralité du net… alors voici un peu ce que je fais, que je pourrais faire plus, que je voudrais faire… mais en fait non, que je ne me vois pas faire.
Disclaimer : Je ne prétends donner de leçons à personne, je me contente de faire un point sur mes propres habitudes, et d’essayer d’analyser (de justifier ?) mes propres contradictions.

Ce que je fais :

  • Utiliser Firefox plus que Chrome ou Safari #netneutrality #privacy
    Je crois que je n’ai jamais vraiment arrêté ceci dit… depuis Netscape 1 en passant par Phoenix… Quand un produit et une communauté de cette qualité existe, je serais bien fou d’aller me vendre à des marchands.
  • Commander à La Ruche qui dit Oui #circuitscourts #producteurslocaux #bienmanger
    Du bio mais pas que… en tout cas du bon… et des chouettes échanges avec les producteurs et les fidèles de la ruche de la Mutinerie. J’adore ce concept qui redonne du pouvoir aux consommateurs ET aux producteurs, qui utilise à la perfection de web et qui permet d’oublier, au moment où on vient chercher sa commande et où on peut échanger, toute notion d’échange marchand (puisqu’on a déjà payé sur le web)
  • Supporter La Louve, ce projet de supermarché collaboratif #cooperative #modèlecollaboratif #bienmanger
    Parce que j’adore le principe, que je suis persuadé qu’il y a de la place pour de nouveaux modèles de distributions pour re-équilibrer et enrichir les relations commerciales, et enfin parce que j’aime l’idée que des gens continuent d’imaginer de nouveaux modèles de société sous la forme de ruptures douces.
  • Activer tous les opt-outs possible sur les systèmes de trackers, criteo and co #privacy
    Je suis déjà souvent assez mécontent de l’usage fait sur le web avec les données que je peux confier aux sites, de ci de là (et ce ne sont malheureusement pas les petits sites les pires)… alors cette échelle industrielle avec partage d’informations et traque généralisée… NON.
    Un site bien pratique pour contrôler ses cookies (TOUS ses cookies !)
  • Soutenir La Quadrature du Net #netneutrality #open
    Parce qu’ils font un travail fantastique pour défendre nos libertés sur internet. Travail de fonds, de lobbying, de décryptage, d’éducation… bref, c’est une association indispensable aujourd’hui si on veut devenir des citoyens du net, éduqués, éveillés et conscients.

Ce que je pourrais faire… plus :

  • Utiliser DuckDuckGo plus que Google #netneutrality #privacy
    Parce que, même si je n’ai rien à cacher (coucou M’sieur Nitot), je suis de plus en plus mal à l’aise avec le fait de donner autant d’informations, et donc de pouvoir, à Google… qui lui-même s’éloigne de plus en plus de sa devise « Don’t be evil »

Ce que je vais bientôt faire ?

  • Remplacer mon Kindle ? #open
    À chaque fois qu’Éric Daspet mets à jour son outil de choix de liseuse, je suis tenté d’abandonner mon Kindle (qui, de toute manière commence à ralentiret à buguer) mais à chaque fois je songe aux interfaces que j’ai vu ou aperçu sur d’autres liseuses… et je reste attaché à la simplicité de mon expérience de lecture, tout en étant de plus en plus conscient de que ça me coute… ou me coutera.

Ce que je ne me vois pas faire… en tout cas, pas maintenant…

  • Me passer de mon iPhone ? #open
    Si je n’ai jamais été séduit par Android (Je ne suis pas sûr qu’il soit plus ouvert qu’Apple donc, quitte à choisir une prison, autant qu’elle soit dorée…), j’avoue beaucoup accrocher et suivre de près les téléphones avec Firefox OS…. mais l’expérience iPhone est quand même tellement addictive que je ne suis pas encore prêt à passer le cap…
  • Abandoner mon mac ? #open
    J’ai longtemps eu un petit PC que j’utilisais sous Linux… puis j’ai voulu avoir un portable, et je ne voulais pas payer encore une licence Windows que je n’utiliserait pas (vente liée, vous avez dit vente liée ?) alors je suis passé à un MacBook et j’en suis pleinement satisfait. Je sais bidouiller les ordinateurs mais je n’ai jamais aimé cela… et, même si Linux a fait de grand progrès et me plait vraiment, j’avoue que je me pose quand même beaucoup moins de questions avec mon mac… tout est plus simple… Ceci dit, il y a un point VRAIMENT plus simple, la synchro iPod/iPhone, dont je profite, certes, mais en me disant que c’est injuste que ce soit plus simple car j’estime que ça devrait être à moi de choisir avec quoi gérer mon téléphone, pas à son fabricant, fut il vendeur, par ailleurs, d’ordinateurs. Bref, je rêve d’un monde plus ouvert où je serais en mesure de faire mes propre choix en toute indépendance.

Voilà, ce n’était qu’un billet rapide, bricolé rapidement…
D’autres idées ? D’autres combats à mener ? D’autres associations à soutenir ? Dites-le moi !

Image d’entête en licence CC-BY-NC-SA par Free Press

#JeSuisCharlie

#JeSuisCharlie

Mercredi, l’indicible s’est produit. Mercredi, l’impensable s’est produit. Mercredi, deux malades ont attaqué la rédaction d’un journal satyrique. Ils ont tué 12 personnes, ils en ont blessé des millions.

15604770413_422aff959f_z

Photo publié en licence CC BY-NC-ND 2.0 par Dominik Fusina

Depuis mercredi, comme des milliers d’autres, j’ai la gueule de bois. Je me sens meurtri, blessé, profondément, immensément triste. Je ne peux songer à ce qui s’est passé sans avoir les larmes aux yeux… Et je peux pas m’empêcher d’y penser.
Alors, à force d’y penser, je me suis dit qu’il fallait que je pose toutes ces pensées quelque part. Pour faire le tri. Voilà.

Parce que c’est ce qu’ils auraient voulu, il faut qu’on reste debout. Comme eux ont su rester debout.
Parce que sinon, ce sont les autres qui auront gagné, il faut qu’on reste debout. Dignes. Unis.
Parce que c’est ce qu’ils auraient voulu, il faut qu’on continue de rire. Même si c’est dur. Même si, au départ, pendant longtemps sans doute, ce sera un rire triste.
Parce que sinon, ce seront les autres qui auront gagné.

Parce que ce qu’ils ont attaqué, ce n’est pas qu’un canard irrévérencieux, ce ne sont pas que douze grands enfants déconneurs. Ils ont pris les meilleurs d’entre nous, le meilleur de ce que nous sommes.

Ils se sont attaqués à nos valeurs, celles de la France, celles de Charlie, les nôtres, il faut y rester fidèles. Ce sont les nôtres, à nous tous. Celles qui nous ont été légués et pour lesquelles, aujourd’hui plus que jamais, il faut qu’on se batte.

Ce sont celles de la République mais aussi celles des musulmans, n’en déplaise aux barbus.
Ce sont celles de tous les Français, d’où qu’ils viennent, quelles que soient leurs origines, n’en déplaise à la blonde.

L'amour plus fort que la haine

Photo publié en licence CC BY 2.0 par Carlos ZGZ

Mercredi, j’ai aussi publié une (courte) critique de « Soumission », le dernier roman de Michel Houellebecq. Aujourd’hui, ce que je retiens de son livre, c’est que l’hypothèse d’un parti musulman (relativement) modéré proposant un candidat aux élections présidentielles de 2022 en réaction à la montée du FN, et réussisîant à le faire élire suite à un « sursaut » républicain. Cette hypothèse, à la lecture du roman, paraît presque crédible, en partie à cause des raccourcis de l’auteur (et c’est bien sa liberté d’auteur de fiction) mais aussi parce que, effectivement, aujourd’hui déjà la montée du FN fait peur.

Le malaise qu’on peut ressentir à la lecture de ce libre, c’est autant en découvrant les conséquences de cette élection (pas toutes négatives, ce qui rends l’affaire encore plus intéressante) que de se demander si, vraiment, nous sommes condamnés à devoir choisir entre la blonde et les barbus.

L’Islam, je sais que ce n’est pas cela. Pas les frères Kouachi. Pas Ben Abbes (le Président du roman). Les premiers sont des fanatiques, qui ne respectent pas le Coran, le second un personnage de fiction.
Mais le FN, lui, on le reconnaît. Hier, la blonde essayait déjà d’utiliser ce malheur pour proposer le rétablissement de la peine de mort, pour demander la suspension de Schengen et des déchéances de nationalités… bref pour nier ce qu’est (j’allais écrire « qui était », honte à moi) Charlie Hebdo.
Oser faire ces propositions au lendemain de leur lâche assassinat, c’est un peu comme cracher sur leurs cadavres encore chaud.

Déjà qu’on a fait sonner les cloches de Notre-Dame pour des bouffeurs de curés, qu’on a joué la Marseillaise pour des anarchistes, ne leurs faisons pas cela en plus, ne laissons pas le FN en profiter, ne laissons pas les extrémistes nous diviser. Ce serait insupportable,

Je suis Charlie

Photo publié en licence CC BY-NC-SA 2.0 par Christophe Pelletier

Je suis Charlie, ce n’est pas qu’une posture : c’est cela. Restons fidèles. N’ayons pas peur. Ne montrons pas nos peurs. Tenons nous droits. Ne lâchons pas une parcelle de notre liberté. Refusons les récupérations politiciennes. Rions. Achetons Charlie. Moquons nous d’eux et de nous même. Moquons nous de tous. C’est comme cela, seulement, qu’ils seront vengés.

Ce soir, je suis triste mais je suis déterminé. Pour Cabu, pour Charb, pour Honoré, pour Tignous, pour Wolinksi, pour Bernard, pour Elsa, pour Michel, pour Mustapha, pour Ahmed, pour Franck, pour Frédéric. Pour la liberté. Pour la tolérance. Pour la France. Pour nos enfants. Pour les miens. Pour moi.

Parce que je suis Charlie.

Ils ont voulu nous enterrer, ils ne savaient pas que nous étions des graines.

Proverbe mexicain (by Bibi)

Bonne année !

Bonne année !

Comme chaque année, c’est en photo que je vais vous souhaiter une bien bonne et belle année… et comme l’année dernière, je suis toujours autant à la bourre dans mes scans de negatifs argentiques alors, comme l’année dernière, ce sera avec des photos Instagram.

Quelques photos donc, plus ou moins selon votre résolution (ben oui, c’est responsive, faut pas déconner) mais aussi, hyperlapse oblige, quelques vidéos. Le tout remixé à chaque fois que vous rechargez la carte.
Et sinon en cliquant sur les photos, vous pouvez les voir en grand et, une fois la lightbox ouverte, vous pouvez voir les suivantes et les précédentes avec les flèches mais aussi au clavier via « j » et « k » ou « <" et ">« . Et si vous êtes sur un écran tactile, ça marche aussi au scroll.

Voili voilou, je crois que j’ai tout dit… dont place à la carte :

http://www.6×8.org/voeux2015/index.html

St Nicolas = Pain d’épices

St Nicolas = Pain d’épices

Comme je suis Lorrain, j’ai fêté la St Nicolas ce week-end. Et comme j’ai fêté la St Nicolas, j’ai fait des pains d’épices.

Depuis quelques années, je recopie ma recette de bouts de papiers en carnets, de carnets en SMS, de SMS en mails… cette année, je me suis dit qu’il était temps de la poster ici 🙂

Voici donc ZE recette de mon pain d’épice de la St Nicolas :

  1. 1 verre de thé
  2. y dissoudre 300g de miel
  3. puis 200g de sucre (on peut en remplacer une partie par de la cassonade)
  4. rajouter 1 càc d’épices (moi j’en mets un peu plus !)
  5. 1 càc de bicarbonate
  6. 2 càs de gelée de groseilles (ou de fruits rouges, ce qui est ouvert !)
  7. rajouter 3 œufs
  8. puis 500g de farine
  9. Mélanger pendant 1/4 d’heure (cette année, j’ai triché, me suis offert un Companion)
  10. Mettre à four très doux (thermostat 5/6) pendant 1h30 (Sans ouvrir la porte du four)

St Nicolas

L’horizon se dégage…

L’horizon se dégage…

On commençait à avoir VRAIMENT beaucoup de péloches qui trainaient du coté de la machine à café… mais j’ai pu profiter des vacances de la Toussaint pour amener tout cela chez Négatif+ !

Résultats, j’ai plein de photos à scanner maintenant… Voilà déjà une première péloche scannée : des Horizons prises en Bretagne cet été, ainsi que quelques clichés parisiens de notre balade du 14 juillet sur la petite ceinture.

Mes (sens) critiques du mois

Ce mois-ci, j’ai été voir 2 films :

Magic in the Moonlight

Magic in the Moonlight, de Woody Allen

Vous connaissez les romans de Sir PG Woodehouse ? Jeeves and co ?

Bon, hé bien là, pareil. Comme si Sir PG Woodehouse avait réalisé un film.

Bon, vous me direz qu’en y réfléchissant, on le sentait venir, que Woody a toujours été le plus européen des réalisateurs américains. Certes… mais là, pire. L’équipe, le lieu, les personnages, les fiançailles… tout m’y fait penser.

Bref, si comme moi vous êtes fan de Woodehouse, allez le voir ! (et si vous avez été le voir, que vous l’avez aimé et que vous ne connaissez pas Woodehouse, hé bien lisez-le !

Ma critique sur senscritique

Mommy

Mommy, de Xavier Dolan

D’habitude, je fais rapidement ma critique mais là il m’a fallu quelques jours… Je savais que j’avais aimé, pour sûr, mais je n’arrivais pas encore à bien analyser mon sentiment.
C’est un OVNI : le format, le ton, le rythme de la narration… Tout en délicatesse : Xavier Dolan sait raconter une grande et belle histoire, pleine de petits détails et de grandes ellipses. On apprends à connaître, puis à aimer les personnages… c’est vraiment magistral. À voir absolument… puis laisser décanter… et, éventuellement, revoir ?

Ma critique sur senscritique

J’ai lu 1 livre (enfin, j’en ai critiqué un mais j’ai bien plus lu que cela… c’est juste que je me suis relancé dans le Cycle « Ender » d’Orson Scott Card… que je ne critiquerais qu’à la fin du 5ème et dernier tome) :

Le Royaume

Le Royaume, d’Alexandre Carrère

Ça commençait bien : entre auto-biographie et récit du premier siècle de l’ère chrétienne… mais on finit par s’y perdre.

C’est dommage car, malgré cela, je suis content de l’avoir lu et j’ai vraiment appris beaucoup de choses… mais j’ai le sentiment que ça aurait pu être mieux construit, plus dirigé… bref une bonne lecture mais une petite déception…

Ma critique sur senscritique