Paris Web 2014 : mon compte-rendu

Paris Web 2014 : mon compte-rendu

Paris Web a été, est et restera l’événement annuel à ne pas manquer.

Certes, sur certains sujets on peut parfois avoir l’impression de tourner un peu en ronds, certes l’équilibre entre technique, méthodo, UI/UX, « life hacking » et, globalement, tout ce que je classerais « ouverture de chakras » n’est pas aisé et peut ne pas convenir à tout le monde tout les ans, certes… mais la magie continue d’opérer.

Je dirais même que c’est encore un peu plus magique quand on choisit certaines conférences « par défaut » et que ces conférences, dont le sujet ou le pitch ne vous disaient rien, vous emportent et vous transportent.

Cette année, j’ai peut-être appris moins de choses que les années précédentes mais j’en repars reboosté, l’esprit bien aéré et mieux dans mon job. C’est génial, non ?

Quelques réflexions, en vrac :

  • L’organisation de Paris Web me parait encore meilleure d’année en année (et je n’aurais pas cru cela possible). Le Beffroi est vraiment adapté (bon, OK, je le dit : ça valait le coup de passer le périph’ ;P), le tempo de ces 2 jours était vraiment bon. Je repars aussi toujours émerveillé par les traductions à la volée, vélotypie et langue des signes.
  • Les orateurs de Smashing Magazine sont toujours aussi bons. J’espère vraiment pouvoir retourner à Oxford l’an prochain !
  • Il faut croire que la formation Accessiweb, suivie de bon nombre de séminaires et de quelques années de pratique ont bien fonctionné car j’apprends de moins en moins de chose dans les conférence portant sur l’accessibilité… mais je prends toujours autant de plaisir à y assister, à voir que c’est de moins en moins une question (du moins à Paris Web, je ne suis pas un bisounours non plus…). #ShareTheLove et a11y sont dans un bateau… le bateau va plus vite et plus loin
  • J’ai encore un peu de mal parfois à me positionner parmi les paris-webeurs : la plupart portant des titres précis (enfon on a vu qu’ils n’étaient pas si précis que cela en fait mais je comprends)… quand je suis « webmaster ». Ils sont souvent en agence, en tout cas prestataires, quand je serais plutôt de l’autre coté de la barrière… (un jour, il faudra que je l’écrive ce que je vis, moi, le client.. En attendant, on a déjà un serment qui nous rapproche sous l’appellation « Travailleurs du web », c’est un bon début 🙂

Serment du Beffroi de Montrouge

Je fais le serment de remplir mes fonctions avec conscience, indépendance, et humanité.

Je m’engage à suivre les standards du web, de la qualité et de l’accessibilité pour que le web reste universel, neutre, libre et ouvert.

Je m’engage à respecter et protéger le secret dû aux données personnelles et à la vie privée dont j’aurai connaissance dans l’exécution de mon travail.

Je suis un travailleur du web, j’en suis fier,
et j’assumerai mon rôle avec dignité.

Notes aux futurs orateurs : Star Wars et Retour vers le futur sont des valeurs sures pour vos slides, d’autant plus si vous les utilisez en lego…

Ah, et puis, toutes les présentations sont déjà en ligne ! C’est dingue, non ?

Quelques autres CR, en vrac :

On se retrouve l’année prochaine ? Sans fautes, hein ?
J’essaierais de mieux m’organiser et d’échanger avec tous ceux que j’ai loupé cette année…

Écrit par moko Tous les billets de cet auteur →

Lomographe, lecteur… et maître de la toile d’araignée… et expert en accessibilité… et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design…