Trucs

The Crown

The Crown, dernière création de Netflix (et première création britannique) retrace la vie d’Elisabeth II, reine d’Angleterre depuis maintenant 64 ans. La première saison commence par son mariage avec Philip et raconte ensuite son accession au trône, son couronnement et ses débuts en tant que reine.

Le scénario est impeccable (on me dit que Peter Morgan, le scénariste, a également travaillé sur le très bon « The Queen » de Stephen Frears), les décors et costumes juste magnifiques et les acteurs impeccables (j’ai juste eu du mal avec Philip au début, non parce qu’il joue mal mais parce que je n’arrivais pas à ne pas voir en lui le Doctor Who ;-)).

Je n’avais pas d’attrait particulier pour l’histoire et pourtant, je prends grand plaisir à découvrir une famille royale plus complexe que je ne l’aurais imaginé. J’apprécie tout particulièrement de découvrir que jeune, Elisabeth était tiraillés entre le conservatisme qu’impose sa fonction, et la modernité nécessaire pour continuer de vivre avec son temps. Je trouve également bien rendu les affaires du palais (j’aime décidément beaucoup les coulisses – de Gosford Park à Downtown Abbey). Last but not least, ce sont les affaires politiques avec un Winston Churchill impressionnant (je me doutais déjà que l’homme l’était mais je le découvre autrement).

Bref, un très belle réussite et, pour moi, un vrai coup de cœur.

Top 15 des livres les plus drôles

J’ai toujours eu du mal à noter mes lectures, encore plus à les noter… mais à force de s’imposer l’écriture d’un petit billet à chaque fois que je finit un livre, je finis par y voir plus clair… tant et si bien que je me trouve en mesure de vous livrer mon « Top 15 des livres les plus drôles »

Pas de commentaire, encore moins de critiques : j’ai juste sélectionné une citation représentative du ton de chacun des livres.

Le guide du routard galactique - H2G2

1. Le guide du voyageur galactique

Le guide est exact. La réalité est bien souvent erronée.

Le Grand Livre des gnomes

2. Le grand livre des gnomes

La Science explique ce qui se passe tout le temps autour de nous. La religion aussi, mais la science marche mieux, parce qu’elle trouve des excuses plus crédibles quand elle se trompe.

De bons présages

3. De bons présages

Dieu ne joue pas aux dés avec l’univers, mais à un jeu ineffable de Son invention, qu’on pourrait comparer, du point de vue des autres joueurs (c’est-à-dire tout le monde), à une version obscure et complexe du poker, en chambre noire, avec des cartes blanches, pour des enjeux infinis, face à une Banque qui refuse d’expliquer les règles et qui n’arrête pas de sourire.

Oncle Dynamite

4. Oncle Dynamite

  • Si, il me l’a dit […]. Il m’a donné votre valise à porter et m’a dit : « Elle appartient au major Brabazon-Plank. »
    Lord Ickenham eut un rire amusé.
  • C’est un simple lapsus qui se produit fréquemment. Comme mon frère est plus jeune que moi, les gens ont pris l’habitude de parler de nous en disant Brabazon-Plank majeur et Brabazon-Plank mineur. Je comprends que vous ayez été surpris, dit lord Ickenham en regardant avec commisération l’agent dont le visage avait pris une expression égarée comme quelqu’un qui a du mal à suivre une conversation trop ardue. […]. Et ce qui rend les choses plus compliquées encore, ajouta lord Ickenham, c’est que je suis moi-même ingénieur des mines. Aussi celui qui veut comprendre quelque chose à la situation Brabazon-Plank ne doit pas perdre de vue que le majeur est mineur et le mineur major.

La huitième couleur

5. Les annales du Disque-Monde : la huitième couleur

Les sortilèges, ça n’est guère intéressant. Il faut trois mois pour en retenir même un simple, et une fois qu’on s’en est servi, pouf ! y en a plus. C’est ce qui est tellement idiot dans ces histoires de magie, tu vois. Tu passes vingt ans à apprendre le sortilège qui fait apparaître des vierges nues dans ta chambre, et tu t’es tellement intoxiqué aux vapeurs de mercure et usé les yeux à lire de vieux grimoires que tu n’arrives pas à te rappeler ce qu’il faut en faire après.

La Vierge froide et autres racontars

6. La vierge froide et autres racontars

Il se trouve qu’il en va ainsi en Arctique : jamais on ne rejette une idée a priori, primo parce que cette idée pourrait, à y regarder de plus près, se révéler intéressante, secundo parce qu’on y voit toujours l’occasion de longues conversations et de discussions instructives entre chasseurs.

La Cantatrice chauve

7. La cantatrice chauve

M. Smith: Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux !

Comment je suis devenu stupide

8. Comment je suis devenu stupide

…je pense qu’être intelligent est pire que d’être bête, parce que quelqu’un de bête ne s’en rend pas compte, tandis que quelqu’un d’intelligent, même humble et modeste, le sait forcément.

Toutes les familles sont psychotiques

9. Toutes les familles sont psychotiques

Le moteur principal de notre vie est la nécessité de détourner les traits que nous lancent les lois de la probabilité. Dès que nous en avons la possibilité, nous nous isolons des actes de haine et de destruction entraînés par le hasard. Ca a toujours fonctionné de la même manière. Nous choisissons notre quartier, nous construisons des murs entre nos maisons, nous accueillons l’inconnu avec méfiance. Une personne sur six millions va être frappée par la foudre. Quinze personnes sur cent vont souffrir de dépression pathologique. Une femme sur seize va avoir le cancer du sein. (…) Un jour où toutes les choses qui auraient pu mal tourner ne l’ont pas fait, un jour où il n’arrive rien de mal, est un miracle. Une journée morne représente un véritable triomphe pour l’esprit humain, et l’ennui est un luxe sans précédent dans l’histoire de notre espèce.

L'épopée du buveur d'eau

10. L’épopée du buveur d’eau

Nous savons bien que le diplôme n’a souvent pas plus de valeur qu’une paire de chaussures bien cirées en dessous de la bure d’un moine mais il donne bonne conscience à l’employeur qui, plus il a de diplômés, plus il croit en son succès personnel.

Les carnets du Major Thompson

11. Les carnets du Major Thompson

La France est le seul pays du monde où, si vous ajoutez dix citoyens à dix autres, vous ne faites pas une addition, mais vingt divisions.

L'Affaire Jane Eyre

12. L’Affaire Jane Eyre

En l’espace de vingt secondes suivant l’enlèvement de Jane, le premier lecteur inquiet avait remarqué qu’il se passait des choses étranges aux abords de la page cent sept de sa luxueuse édition reliée de cuir de Jane Eyre. En l’espace d’une demi-heure, le standard de la bibliothèque de l’English Museum avait sauté. En l’espace de deux heures, tous les bureaux de LittéraTecs étaient assiégés de coups de fil provenant de fans de Brontë anxieux. En l’espace de quatre heures, le président de la Fédération Brontë s’était entretenu avec le Premier Ministre.

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

13. Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Il y eut un coup d’Etat raté fomenté par la droite, puis une grève générale organisée par la gauche. Ensuite, les élections furent remportées par la gauche et la droite bouda, ou le contraire., Allan n’en était pas bien sûr. Quoi qu’il en soit, la guerre civile éclata.

Au bonheur des ogres

14. Au bonheur des ogres

Beaucoup trop payé pour ce que je fais, mais pas assez pour ce que je m’emmerde.

God save la France

15. God save la France

Reste que mai est un mois important dans le calendrier français. Parce que, si l’année française commence en septembre, c’est en mai qu’elle finit. […] Fondamentalement, en France, si le 30 avril vous n’avez pas fini ce que vous avez à faire, vous êtes grave dans la merde.

Et vous alors ? Quel serait votre Top 15 ? On en a en commun ?

Ma Critique de « The Long Cosmos » de Terry Pratchett et Stephen Baxter

Après avoir dévoré les 4 premiers tomes de la série, j’ai du patienter un peu car le dernier n’était pas encore sorti… La bonne nouvelle, c’est qu’il est finalement sorti en juillet. La très bonne nouvelle, c’est que, malgré cette sortie récente, il semble bien qu’il ait été grandement discuté, préparé et travaillé par Stephen Baxter et Terry Pratchett avant la mort de ce dernier.

The Long CosmosVoici donc « The long cosmos », le dernier de la série. L’histoire se passe 60 ans après le 1er tome et commence par un message reçu tout au long de la Longue Terre, une invitation : « Join us ». Nous n’étions déjà plus seuls sur la longue Terre, nous avions même découvert des martiens, l’Humanité évoluait avec les « Suivants »… il restait à trouver d’autres civilisations dans l’Univers.

On retrouve avec plaisir Joshua, Nelson, Lobsang, Maggie… et quelques nouveaux.
J’ai beaucoup aimé Joshua et Lobsang dans les tomes précédents, ils m’ont moins intéressé ici. Ou disons plutôt que, face à cette invitation galactique et à ses conséquences passionnantes, les histoires de leurs congés sabbatiques sont bien gentilles… mais elles ne font pas le point.

Par contre, parmi les nouveaux personnage, je dois dire que j’adore Sancho le bibliothécaire troll. Il est particulièrement attachant et on découvre à travers lui une vraie psychologie troll, voire une philosophie troll. Brillant.

Finalement, c’est un bon dernier tome. C’est le dernier sans être une conclusion… ce qui, finalement, n’est pas plus mal : comment espérer finir une telle histoire quand on s’est habitué aux infinis de la Longue Terre et désormais du Long Cosmos ?

Bref, on ne découvre plus donc il n’y a plus le même étonnement qu’à la lecture du 1er tome, mais ça reste une très très bonne lecture et c’est définitivement une grande série que je conseille et sur-conseille.


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Rencontrez l’homme qui a colonisé Catane

Une fois n’est pas coutume, j’ai vraiment trouvé cette vidéo chouette et donc j’avais envie de vous la partager ici.

Il s’agit d’une interview (en anglais, désolé) de Klaus Teuber. Je suis très heureux d’enfin savoir quelle tête a cet homme qui m’a fourni tant d’heures de jeux passionnantes 🙂

4 parcours pour préparer vos enfants à devenir vos partenaires de jeux

J’ai toujours aimé jouer au jeux de société. J’ai commencé à jouer en famille : Monopoly, Destin, La bonne paye, Risk… bref, des classiques, pensés pour enfants, au mieux pour ados (mais le Monopoly, c’est resté !).

Étudiant, en plus du tarot et de la belote, j’ai découvert les petits jeux « d’apéro » : Service compris, Bohnanza, le magot de pépé, Guillotine… puis, rapidement, des jeux un peu plus longs (mais pas trop), souvent d’origines allemandes, plus complexes (mais pas trop) et donc plus intéressants, moins basés sur la chance, bref des jeux de société « pour adultes » : Carcassonne, les Colons de Catane, les aventuriers du rail

Maintenant que je suis papa, je prends plaisir à jouer avec mes enfants. Dès 2/3 ans, on trouve des jeux vraiment bien foutus. Ce qui commence à m’intéresser, c’est de trouver quels jeux leurs proposer qui les préparent à pouvoir jouer, plus tard, avec nous à nos jeux préférés.

Je vous propose donc quelques idées de « parcours ».

Monopoly

Je suis collectionneur de Monopoly alors, forcément, il fallait que je commence par là (mais je n’ai jamais forcé Samuel, hein, il voulait jouer avec moi à mes Monopoly).

  • Dès 2 ans : Mon premier Monopoly
  • Dès 4 ans (voire 3 pour le p’tit frère) : Monopoly Junior
  • Dès 5 ans (mais sans les hypothèques) : Monopoly !

monopoly

Les colons de Catane

« Les colons de Catane », c’est définitivement un de mes jeux préféré (le jeux de plateau comme le jeu de cartes d’ailleurs). J’attends donc avec impatience de pouvoir y jouer avec eux.
Longtemps, j’ai rongé mon frein car la version enfants, « Les enfants de Catane », était réputée comme n’ayant absolument aucun intérêt… mais un nouveau jeu, « Catane Junior » est désormais disponible et il est vraiment bien fait pour introduire l’univers et le principe de jeux de Catane, dans une version accessible (je dirais 4/5 ans – Samuel, 6 ans est très à l’aise ; Mathias, 3 ans a plus de mal mais s’amuse bien et commence à s’en sortir vraiment bien).
Du coup, j’espère pouvoir jouer aux colons avec Samuel vers 7/8 ans.

  • Dès 4/5 ans : Catane Junior
  • Vers 7/8 ans ? Les Colons de Catane

Les Colons de Catane

Carcassonne

Encore un de mes incontournables ! J’ai donc rapidement craqué pour « Mon premier Carcassonne » qui ne nous a pas déçu : le principe est fortement simplifié mais reste subtil et tout à fait dans l’esprit de son grand frère. On a beaucoup joué avec Samuel, dès ses 3 ans, puis on a également beaucoup joué avec Mathias et même, Samuel et Mathias y ont beaucoup joués ensemble.
Du coup, dès les 5 ans de Samuel, on a pu jouer au « grand » Carcassonne (sans les champs) et même, rapidement, avec Mathias. Je rajouterais que le jeu existe sur iPad, avec l’option de jouer sans les champs, ce qui nous permet de jouer en vacances mais qui leurs permet aussi régulièrement de jouer tous les deux 🙂

  • Dès 2/3 ans : Mon premier Carcassonne
  • Vers 4/5 ans ? Carcassonne (sans les champs)

Carcassonne

Uno

En soirée, entre amis, je ne dis pas non à une bonne petite partie de Uno 🙂 (souvent le plus long/chiant étant de se mettre d’accord sur les règles)
Djeco a le chic pour adapter, pour les petits, des jeux de cartes de grands et Gorilla ne fait pas exception. Si vous voulez jouer, plus tard, à Uno avec vos enfants, commencez par jouer à Gorilla avec eux !

  • Dès 2/3 ans : Gorilla
  • Vers 7/8 ans ? Uno

Uno

Mon carnet du Japon

Mon carnet du Japon

En 2007, j’ai eu l’immense bonheur d’aller 3 semaines au Japon (c’était d’autant plus un immense bonheur que c’était mon voyage de noces !). Depuis, assez régulièrement, des amis ou des connaissances nous demandent avis et conseils et, dans ces cas là, je pense toujours à mon carnet du Japon… Du coup, aujourd’hui, je me dis que ça pourrait être sympa de le publier ici 🙂

C’est quoi ce carnet ?

On était partis avec, chacun, 3 appareils photos mais j’avais aussi prévu un carnet Moleskine pour pouvoir me faire un carnet de voyage. C’est ce carnet dont je vous parle.

Comment je l’ai fait ?

Tous les jours, je récoltais tickets, tampons, feuillets, etc.
Tous les soirs, en revenant à l’hôtel/au Ryokan/à l’auberge, je faisais mon tri, je coupais, collais, notais et annotais (en essayant d’en profiter pour vérifier mon compréhension des hiraganas et des katakanas, voire en espérant progresser dans mon apprentissage des kanjis.

Le carnet…

J’ai pris en photos chacune des pages (voire certaines pages 2 fois quand certains éléments sont pliés ou se superposent), je vous les mets là. Dans le paragraphe suivant, j’essaierais d’en tirer quelques adresses…

.. et les adresses qu’on peut en tirer

(Je me fais violence et j’essaie de ne vous lister que la crème de la crème)

À Tokyo

  • Acheter papiers, stylos, tampons… chez Ito-Ya (page 3). En fait, vous y trouverais tout ce qui tourne autour de l’écriture. Et comme l’écriture, c’est sacré au Japon, chez Itoya, vous en aurez sur 7 étages)
  • Acheter des conneries chez Tokyo Hands pour (c’est moins sacré mais les japonais y excellent tout autant)
  • Déguster de fabuleuses pâtisseries japonaises chez Toraya Café (page 5… et 51 car on y est repassé au retour à Tokyo !)

À Hakone

  • La boucle de Hakone (page 16). Cela risque d’être une journée un peu compliquée (enfin si vous n’êtes pas Japonais ou ne parlez pas japonais) mais absolument géniale. Pour faire « la boucle », vous prendrez un funiculaire, un train, un bateau pirate, des bus et un téléphérique. Outre les splendides paysages (vue imprenable sur le mont Fuji… enfin il parait puisque, pour notre part, on a surtout vu du brouillard), pas mal de jardins, de musées, de temples, d’artisans (la spécialité de Hakone, ce sont les objets en marqueterie dite Yosegi-zaiku. Ne manquez pas les boîtes à secret himitsu-bako). En terme de musée, on en a fait 2… que je vous conseille :

  • Le Musée du Petit Prince (page 15). Il n’existe qu’un seul musée du Petit Prince et il se trouve à Hakone ! Ambiance absolument inoubliable 🙂
  • Le Musée en plein-air (page 17). Un immense parc où on se promène en croisant, au fil de vos pérégrinations, des œuvres de Calder, Miró, Picasso, Rodin, Niki de Saint Phalle… et bien d’autres. On peut aussi s’y reposer avec un bain de pieds dans une source chaude naturelle.

À Kyoto

  • Se régaler chez Yagenbori (page 24). Je pense que j’y ai mangé l’un des meilleurs repas de ma vie (enfin deux des meilleurs repas de ma vie, on a tellement aimé qu’on y est retourné deux soirs de suite…
  • Visiter le Musée international du manga (pages 28 et 29). Quand on pense à Kyoto, on pense à ses temples (et on fait bien), mais ça pourrait vous faire passer à coté de ce musée à ne pas rater si vous êtes fans de manga japonais !

À Osaka

  • L’aquarium d’Osaka (pages 33 à 35) est clairement le plus bel aquarium qu’il m’est été donné de voir (et pourtant, j’adore La Rochelle et j’ai beaucoup aimé Monaco…)

À Matsuyama

  • N’hésitez pas à quitter Honshu pour visiter Matsuyama. L’ambiance de cette ville ne vous laissera pas indifférents, on a vraiment l’impression d’être dans un animé de Myazaki !
  • Se baigner au Dogo Onsen.(page 37). C’est lui qui a servi inspiré à Myazaki les bains du Voyage de Chihiro. Si vous allez au Japon, ne manquez pas l’expérience des Onsens. Si vous aimez les Onsens, ne manquez pas celui-là !

À Hiroshima

  • J’ai déjà expliqué dans un autre billet pourquoi la visite d’Hiroshima fut l’un des temps forts de notre voyage… (Pages 42 à 46)

Voili, voilou… j’espère que ça pourra inspirer ou aider quelques personnes 🙂

Miam : partageons nos recettes

Miam : partageons nos recettes

RSS, twitter and co, je fais de la veille sur des sujets divers, et variés des trucs de webmaster aux trucs de geek, en passant par les trucs de lomographe… mais aussi des trucs plus concrets : les recette de cuisine. Et, sur ce sujet, je fais de la curation en mettant tout cela de coté dans un carnet Evernote…

Alors, comme les carnets Evernote sont partageables facilement, je vous le livre… n’hésitez pas à piocher dedans et, si le cœur vous en dit, partagez-moi vos propres recettes, je suis preneur 🙂

Bref, c’est là :

https://www.evernote.com/pub/zemoko/recettes#st=p&n=ee923a8b-a805-41d0-a4fe-613824e31469

https://www.evernote.com/pub/zemoko/recettes#st=p&n=ee923a8b-a805-41d0-a4fe-613824e31469

(L’image d’entête est de Heather aka Molly en licence CC BY-NC-ND)

Life Hacking

Life Hacking

En parcourant ma timeline twitter, j’ai eu l’idée de faire un peu le point sur ce que sont mes convictions sur des sujets aussi divers que la défense des libertés numériques, les nouveaux modèles de distribution et la neutralité du net… alors voici un peu ce que je fais, que je pourrais faire plus, que je voudrais faire… mais en fait non, que je ne me vois pas faire.
Disclaimer : Je ne prétends donner de leçons à personne, je me contente de faire un point sur mes propres habitudes, et d’essayer d’analyser (de justifier ?) mes propres contradictions.

Ce que je fais :

  • Utiliser Firefox plus que Chrome ou Safari #netneutrality #privacy
    Je crois que je n’ai jamais vraiment arrêté ceci dit… depuis Netscape 1 en passant par Phoenix… Quand un produit et une communauté de cette qualité existe, je serais bien fou d’aller me vendre à des marchands.
  • Commander à La Ruche qui dit Oui #circuitscourts #producteurslocaux #bienmanger
    Du bio mais pas que… en tout cas du bon… et des chouettes échanges avec les producteurs et les fidèles de la ruche de la Mutinerie. J’adore ce concept qui redonne du pouvoir aux consommateurs ET aux producteurs, qui utilise à la perfection de web et qui permet d’oublier, au moment où on vient chercher sa commande et où on peut échanger, toute notion d’échange marchand (puisqu’on a déjà payé sur le web)
  • Supporter La Louve, ce projet de supermarché collaboratif #cooperative #modèlecollaboratif #bienmanger
    Parce que j’adore le principe, que je suis persuadé qu’il y a de la place pour de nouveaux modèles de distributions pour re-équilibrer et enrichir les relations commerciales, et enfin parce que j’aime l’idée que des gens continuent d’imaginer de nouveaux modèles de société sous la forme de ruptures douces.
  • Activer tous les opt-outs possible sur les systèmes de trackers, criteo and co #privacy
    Je suis déjà souvent assez mécontent de l’usage fait sur le web avec les données que je peux confier aux sites, de ci de là (et ce ne sont malheureusement pas les petits sites les pires)… alors cette échelle industrielle avec partage d’informations et traque généralisée… NON.
    Un site bien pratique pour contrôler ses cookies (TOUS ses cookies !)
  • Soutenir La Quadrature du Net #netneutrality #open
    Parce qu’ils font un travail fantastique pour défendre nos libertés sur internet. Travail de fonds, de lobbying, de décryptage, d’éducation… bref, c’est une association indispensable aujourd’hui si on veut devenir des citoyens du net, éduqués, éveillés et conscients.

Ce que je pourrais faire… plus :

  • Utiliser DuckDuckGo plus que Google #netneutrality #privacy
    Parce que, même si je n’ai rien à cacher (coucou M’sieur Nitot), je suis de plus en plus mal à l’aise avec le fait de donner autant d’informations, et donc de pouvoir, à Google… qui lui-même s’éloigne de plus en plus de sa devise « Don’t be evil »

Ce que je vais bientôt faire ?

  • Remplacer mon Kindle ? #open
    À chaque fois qu’Éric Daspet mets à jour son outil de choix de liseuse, je suis tenté d’abandonner mon Kindle (qui, de toute manière commence à ralentiret à buguer) mais à chaque fois je songe aux interfaces que j’ai vu ou aperçu sur d’autres liseuses… et je reste attaché à la simplicité de mon expérience de lecture, tout en étant de plus en plus conscient de que ça me coute… ou me coutera.

Ce que je ne me vois pas faire… en tout cas, pas maintenant…

  • Me passer de mon iPhone ? #open
    Si je n’ai jamais été séduit par Android (Je ne suis pas sûr qu’il soit plus ouvert qu’Apple donc, quitte à choisir une prison, autant qu’elle soit dorée…), j’avoue beaucoup accrocher et suivre de près les téléphones avec Firefox OS…. mais l’expérience iPhone est quand même tellement addictive que je ne suis pas encore prêt à passer le cap…
  • Abandoner mon mac ? #open
    J’ai longtemps eu un petit PC que j’utilisais sous Linux… puis j’ai voulu avoir un portable, et je ne voulais pas payer encore une licence Windows que je n’utiliserait pas (vente liée, vous avez dit vente liée ?) alors je suis passé à un MacBook et j’en suis pleinement satisfait. Je sais bidouiller les ordinateurs mais je n’ai jamais aimé cela… et, même si Linux a fait de grand progrès et me plait vraiment, j’avoue que je me pose quand même beaucoup moins de questions avec mon mac… tout est plus simple… Ceci dit, il y a un point VRAIMENT plus simple, la synchro iPod/iPhone, dont je profite, certes, mais en me disant que c’est injuste que ce soit plus simple car j’estime que ça devrait être à moi de choisir avec quoi gérer mon téléphone, pas à son fabricant, fut il vendeur, par ailleurs, d’ordinateurs. Bref, je rêve d’un monde plus ouvert où je serais en mesure de faire mes propre choix en toute indépendance.

Voilà, ce n’était qu’un billet rapide, bricolé rapidement…
D’autres idées ? D’autres combats à mener ? D’autres associations à soutenir ? Dites-le moi !

Image d’entête en licence CC-BY-NC-SA par Free Press

#JeSuisCharlie

#JeSuisCharlie

Mercredi, l’indicible s’est produit. Mercredi, l’impensable s’est produit. Mercredi, deux malades ont attaqué la rédaction d’un journal satyrique. Ils ont tué 12 personnes, ils en ont blessé des millions.

15604770413_422aff959f_z

Photo publié en licence CC BY-NC-ND 2.0 par Dominik Fusina

Depuis mercredi, comme des milliers d’autres, j’ai la gueule de bois. Je me sens meurtri, blessé, profondément, immensément triste. Je ne peux songer à ce qui s’est passé sans avoir les larmes aux yeux… Et je peux pas m’empêcher d’y penser.
Alors, à force d’y penser, je me suis dit qu’il fallait que je pose toutes ces pensées quelque part. Pour faire le tri. Voilà.

Parce que c’est ce qu’ils auraient voulu, il faut qu’on reste debout. Comme eux ont su rester debout.
Parce que sinon, ce sont les autres qui auront gagné, il faut qu’on reste debout. Dignes. Unis.
Parce que c’est ce qu’ils auraient voulu, il faut qu’on continue de rire. Même si c’est dur. Même si, au départ, pendant longtemps sans doute, ce sera un rire triste.
Parce que sinon, ce seront les autres qui auront gagné.

Parce que ce qu’ils ont attaqué, ce n’est pas qu’un canard irrévérencieux, ce ne sont pas que douze grands enfants déconneurs. Ils ont pris les meilleurs d’entre nous, le meilleur de ce que nous sommes.

Ils se sont attaqués à nos valeurs, celles de la France, celles de Charlie, les nôtres, il faut y rester fidèles. Ce sont les nôtres, à nous tous. Celles qui nous ont été légués et pour lesquelles, aujourd’hui plus que jamais, il faut qu’on se batte.

Ce sont celles de la République mais aussi celles des musulmans, n’en déplaise aux barbus.
Ce sont celles de tous les Français, d’où qu’ils viennent, quelles que soient leurs origines, n’en déplaise à la blonde.

L'amour plus fort que la haine

Photo publié en licence CC BY 2.0 par Carlos ZGZ

Mercredi, j’ai aussi publié une (courte) critique de « Soumission », le dernier roman de Michel Houellebecq. Aujourd’hui, ce que je retiens de son livre, c’est que l’hypothèse d’un parti musulman (relativement) modéré proposant un candidat aux élections présidentielles de 2022 en réaction à la montée du FN, et réussisîant à le faire élire suite à un « sursaut » républicain. Cette hypothèse, à la lecture du roman, paraît presque crédible, en partie à cause des raccourcis de l’auteur (et c’est bien sa liberté d’auteur de fiction) mais aussi parce que, effectivement, aujourd’hui déjà la montée du FN fait peur.

Le malaise qu’on peut ressentir à la lecture de ce libre, c’est autant en découvrant les conséquences de cette élection (pas toutes négatives, ce qui rends l’affaire encore plus intéressante) que de se demander si, vraiment, nous sommes condamnés à devoir choisir entre la blonde et les barbus.

L’Islam, je sais que ce n’est pas cela. Pas les frères Kouachi. Pas Ben Abbes (le Président du roman). Les premiers sont des fanatiques, qui ne respectent pas le Coran, le second un personnage de fiction.
Mais le FN, lui, on le reconnaît. Hier, la blonde essayait déjà d’utiliser ce malheur pour proposer le rétablissement de la peine de mort, pour demander la suspension de Schengen et des déchéances de nationalités… bref pour nier ce qu’est (j’allais écrire « qui était », honte à moi) Charlie Hebdo.
Oser faire ces propositions au lendemain de leur lâche assassinat, c’est un peu comme cracher sur leurs cadavres encore chaud.

Déjà qu’on a fait sonner les cloches de Notre-Dame pour des bouffeurs de curés, qu’on a joué la Marseillaise pour des anarchistes, ne leurs faisons pas cela en plus, ne laissons pas le FN en profiter, ne laissons pas les extrémistes nous diviser. Ce serait insupportable,

Je suis Charlie

Photo publié en licence CC BY-NC-SA 2.0 par Christophe Pelletier

Je suis Charlie, ce n’est pas qu’une posture : c’est cela. Restons fidèles. N’ayons pas peur. Ne montrons pas nos peurs. Tenons nous droits. Ne lâchons pas une parcelle de notre liberté. Refusons les récupérations politiciennes. Rions. Achetons Charlie. Moquons nous d’eux et de nous même. Moquons nous de tous. C’est comme cela, seulement, qu’ils seront vengés.

Ce soir, je suis triste mais je suis déterminé. Pour Cabu, pour Charb, pour Honoré, pour Tignous, pour Wolinksi, pour Bernard, pour Elsa, pour Michel, pour Mustapha, pour Ahmed, pour Franck, pour Frédéric. Pour la liberté. Pour la tolérance. Pour la France. Pour nos enfants. Pour les miens. Pour moi.

Parce que je suis Charlie.

Ils ont voulu nous enterrer, ils ne savaient pas que nous étions des graines.

Proverbe mexicain (by Bibi)

Bonne année !

Bonne année !

Comme chaque année, c’est en photo que je vais vous souhaiter une bien bonne et belle année… et comme l’année dernière, je suis toujours autant à la bourre dans mes scans de negatifs argentiques alors, comme l’année dernière, ce sera avec des photos Instagram.

Quelques photos donc, plus ou moins selon votre résolution (ben oui, c’est responsive, faut pas déconner) mais aussi, hyperlapse oblige, quelques vidéos. Le tout remixé à chaque fois que vous rechargez la carte.
Et sinon en cliquant sur les photos, vous pouvez les voir en grand et, une fois la lightbox ouverte, vous pouvez voir les suivantes et les précédentes avec les flèches mais aussi au clavier via « j » et « k » ou « <" et ">« . Et si vous êtes sur un écran tactile, ça marche aussi au scroll.

Voili voilou, je crois que j’ai tout dit… dont place à la carte :

http://www.6×8.org/voeux2015/index.html