Ma Critique de « L’Hiverrier » de Terry Pratchett

Miyards, kel belle istouare k’set istourare de michantes sorcieures jaeyantes

C’est toujours avec plaisir qu’on se plonge dans l’univers du Disque-Monde, et c’est avec le même plaisir qu’on le termine.

L'Hiverrier« L’Hiverrier » est le 35e tome des annales du Disque Monde. Terry Pratchett y raconte l’apprentissage de Tiphaine Patraque, sorcière en devenir. Sa vie se complique quand, malencontreusement, elle se retrouve à danser avec l’Hiver(rier) et que, tout aussi malencontreusement, ce dernier tombe amoureux d’elle. Et comme il est tombé amoureux de Tiphaine, l’hiver ne s’arrête pas…

À Tiphaine, nouvelle incarnation de la « dame de l’été » de dénouer la situation, avec l’aide des collègues sorcières (on retrouve avec plaisir Mémé Ciredutemps et Nounou Ogg) mais aussi des ses amis du Causse : Roland, son héros (improbable héros mais héros quand même) et surtout les Nac Mac Feegle, sortes de gnomes sans peur (ils sont persuadés d’être déjà morts), vivants en clans et parlant une langue… fleurie (croisez les gnomes du grand livre avec quelques racines écossaises et un parler du Québec, mélangez et vous aurez une petite idée de ce qu’ils sont).

Bref, je vous laisse découvrir le reste (et si vous n’avez encore rien lu de Terry Pratchett, je ne peux que fortement vous encourager d’essayer !).

Terry Pratchett est toujours aussi drôle, son monde toujours aussi original (et de plus en plus consistant)


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Écrit par moko Tous les billets de cet auteur →

Lomographe, lecteur... et maître de la toile d'araignée... et expert en accessibilité... et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design...

Laisser un commentaire