livre

Ma critique de « Sérotonine » de Michel Houellebecq

Ma critique de « Sérotonine » de Michel Houellebecq

Aahhh retrouver Houellebecq !!! 🙂 Bon, il explore depuis 20 ans la dépression donc ne vous attendez pas à autre chose : le narrateur (Florent-Claude, je vous demande un peu où il a été chercher son prénom !) est, comme de bien entendu, un mâle occidental blanc… et dépressif ! La sérotonine qui donne son…

Ma critique de « Fire & Blood » de George R.R. Martin

Ma critique de « Fire & Blood » de George R.R. Martin

Oh oui ! Enfin ! Un nouveau livre de George R.R. Martin ! Quoi ? « Fire & Blood » ? Mais il ne devait pas s’appeler « The Winds of Winter » le sixième tome du Trône de Fer ? » Ah mais, en fait, ce n’est pas le trône de fer, c’est carrément…

Ma critique de « Le discours » de Fabrice Caro

Ma critique de « Le discours » de Fabrice Caro

Tu sais, ça ferait très plaisir à ta sœur si tu faisais un petit discours le jour de la cérémonie. Quand son futur beau-frère lui demande de faire un discours pour le mariage de sa sœur, Adrien est effondré mais ne trouve rien d’autre à répondre que : Oui, oui, bien sûr, avec plaisir. Il…

Ma critique de « Dans les angles morts » d’Elisabeth Brundage

Ma critique de « Dans les angles morts » d’Elisabeth Brundage

Ce soir-là, quand il rentre de l’université privée de Chosen où il enseigne l’histoire de l’art, George Clare trouve sa femme assassinée, et leur fille de 3 ans seule dans sa chambre. Huits mois plus tôt, cette famille de new-yorkais avait aménagé dans leur petite ferme de l’état de New-York, qu’ils avaient pu acquérir pour…

Ma critique de « Sauveur & fils » de Marie-Aude Murail

Ma critique de « Sauveur & fils » de Marie-Aude Murail

Sauveur Saint-Yves est psychologue, il a son cabinet à Orléans où il reçoit enfants et adolescents, leurs familles et leurs proches. Et, quand on s’appelle Sauveur, comment s’étonner des espoirs qu’on met en vous ? Et ça défile dans son cabinet : phobie scolaire, automutilation, addiction aux jeux vidéo, difficultés des familles recomposées… un bel…

Ma critique de « Opération Napoléon » d’Arnaldur Indridason

Ma critique de « Opération Napoléon » d’Arnaldur Indridason

L’histoire se passe en Islande, mais sans Erlendur, « Opération Napoléon » est un roman d’aventure matinée de politique-fiction qui nous entraine de la fin de la 2e guerre mondiale où, en 1945, un mystérieux bombardier allemand se serait écrasé pendant une tempête sur le glacier Vatnajökull, jusqu’en 1999 où, réchauffement climatique oblige, ce mystérieux…

Ma critique de « Les prénoms épicènes » d’Amélie Nothomb

Ma critique de « Les prénoms épicènes » d’Amélie Nothomb

L’an dernier, dans Frappe-toi le cœur, Amélie nous racontait l’histoire d’une mère qui n’aimait pas sa fille. Le roman de cette année est dans la continuité avec une histoire de père qui n’aime pas sa fille. « Les prénoms épicènes » raconte l’histoire de Claude et de Dominique : leur rencontre, leur mariage, la montée…

Ma critique de « La Pire. Personne. Au Monde. » de Douglas Coupland

Ma critique de « La Pire. Personne. Au Monde. » de Douglas Coupland

Je suis un grand fan de Douglas Coupland… mais je dois commencer par vous avouer que je ne sais que penser de ce livre. Il arrive à être à la fois amusant et énervant. Douglas Coupland est souvent sarcastique, ironique, exubérant et improbable, il ne fait pas dans la mesure et sait manier à merveille…

Ma critique de « Écotopia  » d’Ernest Callenbach

Ma critique de « Écotopia  » d’Ernest Callenbach

Un article d’Usbek & Rica] m’a (encore) donné envie de découvrir un roman (paru en 1975, c’est forcément un bon cru !), et un auteur, dont je n’avais jamais entendu parlé alors qu’en cherchant sur le web (anglophone), il s’agit d’un roman vendu à plus d’un million d’exemplaire et d’un auteur que beaucoup comparent à Orson…

Ma critique de « Scherbius (et moi) » d’Antoine Bello

Ma critique de « Scherbius (et moi) » d’Antoine Bello

Encore un roman d’Antoine Bello, et encore un régal. Décidément. « Scherbius (et moi) » est le portrait d’un imposteur génial que le psychiatre Maxime le Verrier se donne pour mission de diagnostiquer puis de guérir. Par un beau matin de 1977, Scherbius débarque dans le cabinet que Maxime le Verrier, jeune psychiatre, vient d’ouvrir sur le…