Ma Critique de « Number 11 » de Jonathan Coe

Number 11Avec « Number 11 », Jonathan Coe nous livre un roman que les britanniques qualifient de « state-of-the-nation novel », c’est à dire un état des lieux de l’Angleterre (post-Blair).

Le roman est découpé en 5 tableaux hétérogènes. Seuls 2 fils rouges nous guident, Rachel et Alison, tout à tour personnages principaux ou secondaires, qu’on suivra de la fin de l’enfance et à l’âge adulte.

Chaque tableau est prétexte à réflexion, voire critique, sur quelques grands thèmes actuels :

  • l’écart croisant entre deux angleterres qui cohabitent sans vraiment se croiser,
  • la crise financière qui touche les plus pauvres sans jamais inquiéter les plus riches
  • les coupes budgétaires dans les dépenses publiques qui sapent le lien social, entraînent réduction horaires voire fermetures des services publiques et paupérisation de la classe moyenne,
  • l’optimisation fiscale qui touche à l’indécence,
  • la démesure d’une classe d’ultra-riches qui frise la démence.
  • la montée de la presse populiste,
  • la télé-réalité et ses dérives,
  • les réseaux sociaux

Une critique acerbe et sans complaisance (mais finalement assez juste), un roman mordant et un humour corrosif. À lire.


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Écrit par moko Tous les billets de cet auteur →

Lomographe, lecteur... et maître de la toile d'araignée... et expert en accessibilité... et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design...

Laisser un commentaire