Ma critique de « Le Maître du Haut Château » de Philip K. Dick

Et si les forces de lʼAxe avaient gagné ? Si Washington, et non Hiroshima, avait été atomisé ? Si les alliés avaient capitulés ? Si les États-Unis avaient été occupés ? Si lʼAxe sʼétait partagé son territoire : aux japonais la côte pacifique, aux nazis la côte est et une zone « libre » entre les deux ? Cʼest cette hypothèse quʼexploite Philip K. Dick dans cette uchronie. Et il le fait de manière brillante et ingénieuse.

Le récit se situe 20 ans après la guerre. La situation politique est sur le point de basculer en Allemagne, donc dans tout le monde nazi, suite aux jeux de pouvoirs pour organiser la succession à la tête du Reich. Lʼéquilibre du pouvoir entre les nazis et la japonais est lui-même de plus en plus précaire. Lʼessentiel de lʼaction se passe sur la côte ouest, dans les États Pacifiques mais cʼest bien la situation politique allemande qui est un des moteurs de lʼintrigue.

Je nʼen dévoile pas plus… sauf deux choses que jʼai particulièrement aimé :

  • Lʼusage du Yi-King, le livre des transformations utilisé depuis des siècles en chine pour faire de la divination, que Philip K. Dick utilise de manière plus quʼhabile,
  • Le trait de génie, enfin, cʼest le livre dans le livre quʼil nous propose, lʼuchronie dans lʼuchronie : le « maître du haut château » est un écrivain de science-fiction ayant écrit un livre « Le poids de la sauterelle » qui raconte un monde dans lequel les alliés auraient gagné la guerre en 1945… Et cʼest là que le lecteur a le tournis car ce monde ressemble au nombre… sans être le nôtre exactement. Plusieurs détails ne concordent pas. Nous voici donc dans une uchronie quʼon imagine quasi-infinie.

La fin du livre est assez énigmatique mais lʼédition que jʼen ai lu est enrichie par les premiers chapitres dʼune suite que Philip K. Dick avait écrit, ce qui donne un éclairage bienvenu.

Bref, une lecture que je conseille vivement.

Maintenant, je regarde l’adaptation en série TV qu’Amazon a produite et que j’apprécie également beaucoup. Je vous en reparle ici très prochainement 🙂


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Écrit par moko Tous les billets de cet auteur →

Lomographe, lecteur... et maître de la toile d'araignée... et expert en accessibilité... et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design...

Laisser un commentaire