Ma critique de « Le Paris des merveilles, tome 3 : Le royaume immobile » de Pierre Pevel

Il était une fois le Paris des Merveilles…
Où l’on plante, pour la troisième fois, le décor d’un Paris qui n’exista jamais tout à fait.

Suite (et fin ?) des aventures de Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage le la loge parisienne du cercle Cyan, et d’Isabel de Saint-Gil, son enchanteresse de femme.

Nous les retrouvons quelques mois après la fin du tome 2 alors que Griffont est pressenti pour représenter son cercle lors des prochaines élections du Parlement des Fées où, pour la première fois, des humains siègeront avec les autres peuples de l’Outremonde.

Je ne dévoile pas la suite… ou plutôt, je ne vous dévoile rien en vous disant que, évidemment, leurs aventures sont toujours aussi palpitantes, que les dialogues sont toujours aussi savoureux, que les descriptions du Paris des Merveilles sont toujours aussi magiques, que les personnages secondaires, Azincourt, Lucien, Auguste, sont toujours aussi attachants. Ah, et je vous parle des attentats anarchistes et des machinations de la reine noire ? Non ? Pas la peine ?

Bref, vous l’aurez compris, ce fut, encore une fois, un enchantement. Ce n’est sans doute pas le meilleur des trois, ou alors peut-être ai-je perdu cet attrait de la découverte ? Mais cela reste une excellente lecture.

Si vous avez aimé les autres tomes du Paris des Merveilles, il n’y a pas de raison de bouder votre plaisir avec ce tome 3.


Retrouvez les critiques des 3 tomes du Paris des merveilles :
Les enchantements d’Ambremer
L’élixir d’oubli
Le royaume immobile

Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Écrit par moko

Lomographe, lecteur... et maître de la toile d'araignée... et expert en accessibilité... et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design...

Il y a 2 commentaires à cet article
  1. Pingback: Ma critique de « Le Paris des merveilles, tome 2 : L’Élixir d’Oubli » de Pierre Pevel | 6x8=42
  2. Pingback: Ma critique de « Le Paris des merveilles : Les enchantements d'Ambremer » de Pierre Pevel | 6x8=42

Laisser un commentaire