Ma critique de « Uprooted » de Naomi Novik

Uprooted se trouve à la croisée des genres, entre fantasy médiévale et conte de fée (l’auteur s’est inspirée des contes polonais de son enfance).

Agnieszka vit dans une vallée, dans le royaume de Polnya. C’est une simple fille de village, heureuse quand elle peut courir (et se salir), grimper aux arbres, chercher baies et fruits… bref, profiter de la nature. Mais la vallée d’Agnieszka vit à l’ombre du « Bois », une entité maléfique et corrompue, dont il faut se tenir éloignée, dont il faut se protéger et qu’il faut surveiller pour éviter que la corruption ne s’étende. Éviter que la corruption, et que le Bois, ne s’étende, c’est la tâche du « Dragon », un Sorcier vivant dans une tour ancienne. Il veille sur la vallée en échangé d’un tribu annuel et, tout les 10 ans, de la livraison d’une jeune fille.

Voilà le paysage planté, je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler.

Le roman est vraiment passionnant et bien construit, les descriptions riches et vivantes et les intrigues, politiques et magiques, se mêlent et se confondent dans une histoire au rythme soutenu.

La manière dont la magie est évoquée est un pur enchantement : source de puissance utilisée par les sorciers et sorcières, c’est à la fois une composante de la Nature qu’il faut canaliser et une force physique qu’il faut domestiquer. Une double approche qui, en fonction du caractère des sorciers et sorcières, rends passionnante sa découverte, et sa compréhension par le lecteur.

Ce que questionne le roman, c’est la notion de racines, de graines : Pourquoi Agnieszka et les habitants de la vallée restent ils dans un lieu si dangereux ? Quelle relation complexe entre le Bois, la vallée et ses habitants ? Mais c’est aussi la graine plantée en nous par nos décisions, nos choix, comme la graine de Bois, l’origine du mal. Naomi Novik arrive brillamment à mêler ces sujets complexes, à décrire avec une grande cohérence un univers vaste et à rendre crédibles ses nombreux personnages, dont le Bois, faisant preuve de beaucoup de psychologie.


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Écrit par moko Tous les billets de cet auteur →

Lomographe, lecteur… et maître de la toile d’araignée… et expert en accessibilité… et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design…

Laisser un commentaire