Bon, maintenant que mon blog est devenu statique (une bonne chose de faite !), il est temps de rattraper mon retard et rédiger les critiques des livres que j’ai lu ces derniers mois.

Commençons par La vie ô combien ordinaire d’Hannah Green.

Encore un livre qui m’a attiré par sa couverture et que le bandeau, « Un livre brillant, Neil Gailman » m’a convaincu de lire (une fois n’est pas coutume, j’ignore le plus souvent les bandeau, souvent purement marketing… mais bon, Neil Gailman, ce n’est quand même pas n’importe qui !).

Bref, je vous fais le Pitch : c’est l’histoire d’Hannah Green (vous ne l’auriez jamais deviné !). Hannah a 11 ans et trouve sa vie banale… jusqu’au jour où ses parents divorcent. Vous allez me dire que ça reste (tristement, certes) banal… mais cela pousse le père d’Hannah à l’envoyer pour quelques jours chez son papi. Et le grand-père d’Hanna est tout sauf banal

Je ne vous en dis pas plus, je ne voudrais pas gâcher le plaisir de la surprise. Sachez juste que vous aller rencontrer le Diable en personne, mais aussi un gnome accidenter qui ressemble fichtrement à un champignon, quelques anges déchus et démons mineurs.

Hé oui, elle a l’air simple comme ça cette histoire, mais en fait non. Ça commence comme un roman classique, puis rapidement on a l’impression d’un conte un peu modernisé, voire un roman jeunesse un peu fantastique… mais ce n’est pas non plus cela. L’auteur explose les codes pour notre plus grand plaisir.

Bref, c’est complètement barré (tu m’étonnes que Neil Gailman a aimé !), tellement inventif que c’en est jouissif, et surtout foutrement divertissant. Lisez-le !


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !