Ma Critique de « Harry Potter and the Cursed Child » de Jack Thorne, John Tiffany et JK Rowling

Ma Critique de « Harry Potter and the Cursed Child » de Jack Thorne, John Tiffany et JK Rowling

J’aime beaucoup Harry Potter mais je ne suis pas un « vrai » fan… Peut-être est-ce pour cela que je semble moins déçu (voire pas déçu ?) que d’autres ? Je n’ai jamais lu de fan-fictions sur l’univers d’Harry Potter donc je ne saurais leurs comparer « Harry Potter and the Cursed Child ».

Ce que je peux vous dire, c’est que j’ai pris un p****n de plaisir à retrouver son univers 🙂

J’avais un peu peur du format (j’adore le théâtre sur scène mais le lire, bof bof), ça se lit finalement vraiment très bien. J’avais aussi un peu peur que ce ne soit pas vraiment du « Harry Potter » : c’est le dramaturge Jack Thorne qui en a conçu les bases avec JK Rowling et John Tiffany, le metteur en scène… bref, pas une œuvre personnelle… mais ça se sent à peine. J’avais enfin un peu peur que les contraintes du théâtre n’aient entrainé les auteurs à se restreindre sur la richesse des scènes/des personnages/des effets, notamment des effets magiques, mais il n’en est rien. À tel point que je suis vraiment curieux de voir ce que ça peut donner sur scène (il va falloir de sacrés décors et de sacrés effets !)

La pièce commence donc pile où s’est arrêté le tome 7 : sur le quai 9 3/4, 19 ans après la bataille d’Hogwarts. Harry, Ginny, Ron et Hermione sont venus accompagner leurs enfants en partance pour une nouvelle année à Hogwarts.

Tout au long de ma lecture, j’ai pris autant de plaisir à faire connaissance avec la nouvelle génération qu’à retrouver l’ancienne.

Les nouveaux personnages nous sont à la fois familiers (on connait leurs parents, les chiens ne font pas des chats) et néanmoins vraiment intéressants : chacun à son caractère, sa personnalité. Il faut avouer qu’Albus est un peu tête à claque, mais finalement pas plus que ne l’étaient Harry (voire Ginny,voire les jumeaux Weasley, voire Luna Lovegood… avouons-le). Rose ressemble un peu trop à sa mère pour m’avoir vraiment intéressé mais j’ai beaucoup aimé Scorpius (je ne vous en dit pas plus – no spoil).

Quant aux « vieilles » connaissances, la dynamique du trio Harry-Ron-Hermione fonctionne toujours aussi bien et gagne même en intérêt : d’une part parce que viennent se rajouter Ginny et Draco et, d’autre part, parce que chacun a évolué, chacun a muri, les personnages gagnent en profondeur (mais Harry et sa propension à se lamenter reste quelquefois agaçant ;))

Finalement, ça se lit vraiment très vite, c’est sans temps-morts, très rythmé, bref, en un mot, passionnant.

Ne vous attendez pas à lire un nouveau roman (ce n’en est pas un), un tome 8 (non plus) mais ne boudez-pas votre plaisir pour autant : c’est du pur Harry Potter, ça se lit avec un plaisir intense, ça fait toujours autant rêver… et c’est ça qui compte, non ?

Du coup, j’ai vraiment envie de voir la pièce maintenant, c’est malin !


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Écrit par moko Tous les billets de cet auteur →

Lomographe, lecteur... et maître de la toile d'araignée... et expert en accessibilité... et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design...

Laisser un commentaire