Ma Critique de « La Longue Mars » de Terry Pratchett et Stephen Baxter

J’ai décidément été happé par l’univers (enfin le multivers) de la Longue Terre, j’enchaine donc les tomes l’un après l’autre ! Après La Longue Terre et La Longue Guerre, voici donc ma critique de « La Longue Mars ».

La longue Mars5 ans ont passé depuis la fin du tome précédent, c’est-à-dire depuis l’éruption du Yellowstone qui a chamboulé le climat de la Primeterre et déclenché une émigration sans précédent vers la Longue Terre.

Dans « La Longue Mars », Stephen Baxter et Terry Pratchett entremêlent 3 récits parallèles :

  • Sally Lindsay entreprends l’exploration de la « Longue Mars » avec son père,
  • Maggie Kauffmann prends la tête d’une expédition dans l’infinité de la Longue Terre,
  • Josué Valiente, à la demande de Lobsang, enquête sur l’apparition d’enfants surdoués.

Ce 3e tome donne une nouvelle fois le vertige.

La Longue Terre forme avec la Longue Mars un multivers de plus en plus complexe et les 3 récits se complètent parfaitement pour l’illustrer :
– l’expédition martienne permet de commencer à mieux comprendre le fonctionnement du multivers, via la découverte des mars parallèles,
– l’expédition de Maggie Kauffmann nous fait mesurer à quel point les terres possibles deviennent exotiques lorsqu’on s’éloigne de la Primeterre,
– l’enquête de Josué, quant à elle, pose la question passionnante de notre réaction à l’émergence d’une nouvelle espèce au seins des « Homo Sapiens ».

Tout cela forme une tout formidablement cohérent et réellement toujours autant passionnant.

Tome 4, me voilà !


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Écrit par moko Tous les billets de cet auteur →

Lomographe, lecteur... et maître de la toile d'araignée... et expert en accessibilité... et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design...

Laisser un commentaire