Lucie est professeur à Londres. Elle a 42 ans et 2 enfants. Mais pas de mari, enfin plus de mari, car elle est en plein divorce. Elle a longtemps été l’épouse d’un homme qui semblait fait pour elle : blanc, éduqué, cultivé… mais il s’est révèlé avoir des problèmes de dépendances et c’est donc désormais son ex-mari.

Lucie ne cherche pas forcément à refaire sa vie, ne brûlons pas les étapes. Non, ce qu’elle cherche, c’est un baby-sitter pour garder ses enfants de manière à ce qu’elle puisse entretenir une vie sociale avec ses amis.

Ça tombe bien car Joseph, entre autre, est aussi baby-sitter. En autre, car il voudrait devenir musicien mais, en attendant, il est bien obligé d’avoir plusieurs jobs dont commis boucher, et baby-sitter donc. Lucie le rencontre à la boucherie et l’embauche pour garder ses enfants.

Ah, je ne vous ai pas tout dit : outre des métiers et des positions sociales très différentes, Joseph et Lucie ont aussi une différence d’âge (de 20 ans) et de peau (celle de Joseph est noire, celle de Lucie est blanche). Ah, et comme on est plus à ça près et que l’action se passe au moment de la campagne pour ou contre le Brexit au Royaume Uni, Lucy est farouchement opposée à la sortie de l’Union Européenne alors que Joseph a bien du mal à se faire un avis.

Tout semble donc les opposer. Sauf que. Sauf que, parfois, il se trouve que, parfois, la personne qui pourrait vous rendre heureux et dont vous vous sentez proche n’est pas celle à laquelle vous vous attendriez

« Juste like you » est un roman intéressant (forcément, c’est de Nick Hornby) et plutôt drôle (pareil). J’ai trouvé que Nick Hornby avait réussi à rendre l’histoire crédible (c’était pas gagné) et j’ai apprécié ce parallèle entre amours et brexit pour montrer la difficulté d’une relation quand tout vous sépare, mais aussi la difficulté de notre société quand tout amène à la diviser.


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !