Ma critique de « La passe-miroir, tome 4 : La tempête des Échos » de Christelle Dabos

Suite et fin des aventures d’Ophélie, notre passe-miroir préférée. Nous la retrouvons toujours à Babel, alors que les effondrements se multiplient et que plus aucune arche n’est épargnée.

Ophélie a grandi, Ophélie a muri. Elle est toujours aussi maladroite mais elle est aussi toujours aussi attachante. Surtout, elle fait preuve maintenant d’une volonté de fer et d’un courage à toute épreuve. Sa relation avec Thorn l’a rendue plus forte comme elle a également transformé Thorn.

Thorn qu’on croise, évidemment, encore dans ce dernier tome… mais finalement moins que je ne l’aurais cru, de même qu’on peut regretter le rôle relativement secondaire d’Archibald, de Renard, de Gaëlle, de la tante Roseline voire des esprits de famille… mais, finalement, il fallait bien cela pour clore cette saga. Christelle Dabos nous a embarqué dans son monde et ce monde s’est révélé parfaitement cohérent et étonnamment crédible.

Ce dernier roman est donc plus complexe et certainement plus dense… mais il referme magistralement cette incroyable quadrilogie.
Encore un coup de maître pour Christelle Dabos, encore un coup de cœur pour moi.


Retrouvez la critique de tous les tomes de la Passe-Miroir :
Les fiancés de l’hiver.
Les disparus de Clairdelune
La mémoire de Babel
La tempête des Échos

Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Écrit par moko

Lomographe, lecteur... et maître de la toile d'araignée... et expert en accessibilité... et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design...

Il y a 1 commentaire à cet article
  1. Pingback: Ma critique de « La passe-miroir, tome 3 : La mémoire De Babel » de Christelle Dabos | 6x8=42

Laisser un commentaire