Ma critique de « Long Islanbd » de Christopher Bollen

Jʼai été attiré par de nombreuses critiques, dans la presse et sur le net, toutes assez élogieusesmais je dois avouer que je ne suis vraiment pas convaincu par ma lecture.

Le polar est assez insipide (on devine rapidement le nom du coupable), lʼhistoire traine en longueur et plusieurs des personnages ne mʼont pas parus réellement crédibles… Bref, voici un livre que je suis heureux dʼavoir terminé 🙁

Ce qui sauve (un peu) ma lecture, cʼest peut-être la description dʼOrient, petit ville dʼenviron 700 habitants au bout de Long Island. Les mécanismes à lʼoeuvre au sein de sa communauté, entre les « natifs » dʼOrient, souvent héritiers de famille établies là depuis des générations, et les riches artistes new-yorkais qui ne cherchent pas vraiment à sʼintégrer et font monter en flèche les prix de lʼimmobilier. La gentrification dʼOrient peut-elle lui faire perdre son âme ?

Pour le reste, je dois avouer que les tergiversations de Beth mʼont plus ennuyé quʼautre chose, le personnage de Paul manque à mon sens de profondeur, Mills est par bien des aspects une énigmes, les multiples artistes décrits (longuement) sont sans doute crédibles mais quel manque de profondeur !

Bref, cʼest long long loooonnng. Lʼénigme est cousue de fil blanc, lʼhistoire peu crédible et le style brouillon. Vite, un autre livre !


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Écrit par moko Tous les billets de cet auteur →

Lomographe, lecteur... et maître de la toile d'araignée... et expert en accessibilité... et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design...

Laisser un commentaire