Ma Critique de « Par bonheur, le lait » de Neil Gaiman, illustré par Boulet

Un roman « total foutraque »

Que ne ferait pas un super papa pour mener à bien sa mission, ramener du lait pour le petit déj’ de ses enfants ? (et aussi, un peu, pour son thé, faut avouer)

Dans le désordre, et sans trop en dévoiler, il croisera :

  • des extraterrestres (ils m’ont un peu fait penser aux vogons sauf qu’ils ne veulent pas la détruire la Terre pour faire passer une autoroute hyperspatiale, ils veulent juste la redécorer…)
  • un stégosaure (l’inventeur, entre autres, du voyage dans le temps et du transporte-personne-par-boule-flottante)
  • la Reine des Pirates et son équipage de pirates sanguinaires
  • des poneys étoilés et pailletés (selon la mode)
  • une tribu d’indien (qui a fait une très mauvaise récolte l’an dernier)
  • d’affreux wompires affamés
  • des piranhas
  • un volcan savant (particulièrement sur la metascience transtemporelle)
  • trois nains mauves portant des pots de fleurs sur la tête

Bref, c’est un peu n’importe quoi, mais un n’importe quoi gai, léger, bien illustré (par Boulet dont l’imaginaire est, sans surprise, parfaitement compatible avec celui de Neil Gaiman). Une bien belle lecture et un bien bel objet.


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Écrit par moko Tous les billets de cet auteur →

Lomographe, lecteur… et maître de la toile d’araignée… et expert en accessibilité… et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design…

Laisser un commentaire