Ma critique de « Dans le désert » de Julien Blanc-Gras

Voyager, c’est découvrir que tout le monde a tort. » Aldous Huxley

Infatigable écrivain voyageur, Julien Blanc-Gras nous fait cette année découvrir la péninsule arabique. Du Qatar à Oman, en passant par Dubaï, en essayant de passer par le Bahreïn (les journalistes n’y sont pas bienvenus), et sans passer par l’Arabie Saoudite (le pays tout entier est interdit aux non-musulmans). Dans tous ces voyages, il essaie de rencontrer des locaux pour mieux les comprendre et, éventuellement, s’en faire des amis. Y arrivera-t-il dans ces pétromonarchies ?

Le projet est d’autant plus intéressant que nous avons, nous occidentaux, une connaissance assez lacunaire de ces pays, faite de clichés, d’idées préconçues et surtout sans nuances. Défaut que Julien Blanc-Gras admet lui-même partager.

On en parle beaucoup, de ces pétromonarchies du Golfe, et on en parle pas toujours en bien. Elles sont accusées, pêle-mêle, d’acheter la France, de financer le terrorisme, d’opprimer les femmes, de pratiques l’esclavage et de s’accaparer les meilleures pièces du magasin Vuitton des Champs-Élysées. On en parle surtout de loin et j’ai envie de voir de plus près. »

Ces pays se ressemblent, certes, car ce sont tous des États autoritaires (pour ne pas dire totalitaires) qui naviguent entre tradition et modernité depuis que la découverte sur (enfin sous) leur sol d’immense réserve de pétrole et gaz a chamboulés leur mode de vie, transformant pêcheurs et bédouins en rentiers en moins de 40 ans.

Ils se ressemblent mais on découvre, une fois sur place, qu’ils sont également très différents les uns des autres…

Julien Blanc-Gras est très ouverts et très curieux. Il va donc faire bon nombre de rencontres… mais assez peu avec des locaux. Le choc culturel est dur, la glace n’est pas facile à briser. Qataris, Dubaïotes et Bahreïnien sont aujourd’hui minoritaires dans leurs pays, et ont développés d’étonnants mécanismes pour protéger leurs modes de vie et leurs traditions.

Disons-le, ce roman m’a beaucoup plus. Encore une fois, Julien Blanc-Gras a su aller au-delà des clichés et nous emmener à sa suite dans sa découverte de ces pays, avec beaucoup d’humour, une humilité et une autodérision impressionnante et un regard décalé bienvenu.


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Écrit par moko Tous les billets de cet auteur →

Lomographe, lecteur… et maître de la toile d’araignée… et expert en accessibilité… et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design…

Laisser un commentaire