Ma critique de « Les sept morts d’Evelyn Hardcastle » de Stuart Turton

Lord et Lady Hardcastle requièrent le plaisir de votre compagnie lors du bal masqué célébrant le retour de leur fille, Evelyn, de Paris. Les festivités auront lieu à Blackheath House durant le deuxième week-end de septembre. Étant donné l’isolement de Blackheath, un transport jusqu’à la demeure sera organisé pour tous les invités depuis le village proche d’Abberly.

C’est quoi, « Les sept morts d’Evelyn Hardcastle » ?

Le narrateur du roman se réveille, perdu et blessé, dans la forêt sans savoir qui il est avec juste le prénom « Anna » en tête. Il s’efforce de découvrir qui il est… puis, rencontrant un mystérieux médecin de peste, comprends que c’est encore plus complexe que cela : il est piégé dans une boucle temporelle et vivra 8 fois la même journée, dans les corps de 8 protagonistes différents.

Pour retrouver sa liberté, il doit résoudre un meurtre qui n’a pas encore eu lieu, le meurtre d’Evelyn Hardcastle. Pour résoudre ce meurtre, il doit découvrir qui il est réellement et pour quelles raisons il se trouve là. Qui veut tuer Evelyn Hardcastle ? Mais aussi qui est Anna ? Et ce mystérieux médecin de peste ? À qui peut-il se fier ? Qui est ce terrible valet de pieds qui cherche à l’assassiner ? Et pourquoi ?

C’est bien, « Les sept morts d’Evelyn Hardcastle » ?

J’ai beaucoup aimé !

Attention, c’est un OLNI (Objet Littéraire Non-Identifié) qui même polar et fantastique, avec un ton et une ambiance très British, entre Agatha Cristie, Cluedo et Downton Abbey.

L’intrigue est complexe et captivante, donc le roman se dévore littéralement. On prend un réel plaisir à découvrir la même journée sous différents angles, à se laisser surprendre, à être dérouté… Mais c’est aussi un roman exigeant, on est parfois aussi perdus que ce pauvre Aiden Bishop. Causes et conséquences se mêlent parfois au gré de ces 8 journées.

À la fois classique et inclassable, c’est un premier roman magistral.


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Écrit par moko

Lomographe, lecteur... et maître de la toile d'araignée... et expert en accessibilité... et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design...

Il y a 3 commentaires à cet article

Laisser un commentaire