Ma Critique de « Les délices de 36 » de Nicolas Rey

« Les délices de 36 » fait parti de la collection « Incipit » qui propose à des écrivains de raconter une « première fois ».

Les délices de 36Ici, ce sont d’abord évidemment les premier congés payés : Jean, Bernadette et leur fils Marius (15 ans) partent en train pour Deauville pour les/leurs premiers congés payés.

On peine à réaliser, aujourd’hui, la révolution qu’à été en France cet acquis du Front Populaire.

  • Une révolution pour les classes populaires : Des congés. Payés. Du temps pour soi.
  • Une révolution, aussi, pour les bourgeois contraints de partager leurs stations balnéaires avec les « congés payés ».
    Double révolution que Nicolas Rey décrit particulièrement bien.

Les vacances payées accordées par le gouvernement ont rendu cette
année aux plages de France toute leur animation d’autrefois. Mais
derrière l’animation, il y a quoi ? La même haine, le même mépris du
bourgeois pour le prolétaire. Le bourgeois n’a pas attendu l’été 1936
pour éructer à la plage. La bourgeoisie vomit le prolétariat. Dès la
première semaine de congés payés, la France est coupée en deux. Comme
elle l’a toujours été. Comme elle le sera toujours.

En cet été 36, à Deauville, Marius rencontre Emma, 15 ans comme lui mais fille de la « haute ». C’est rapidement l’amour fou… et une autre « première fois »… qui, à sa manière, exprime aussi la coupure entre les prolétaires et les bourgeois. Et là, je dois dire que les échanges épistolaires imaginés par Nicolas Rey pour clôturer son roman sont une bonne trouvaille pour l’illustrer.

Un très court roman, bien rythmé et particulièrement bien documenté (à la fin du livre, vous trouverez d’ailleurs un bonus documentaire illustré sur le Front Populaire et les congés payés). À lire.
(et moi, je file voir ce que sont les autres livres de la collection « Incipit » !)


Retrouvez cette critique sur Sens Critique où vous pouvez aussi me retrouver !

Écrit par moko Tous les billets de cet auteur →

Lomographe, lecteur... et maître de la toile d'araignée... et expert en accessibilité... et des trucs dans les medias, les réseaux, le marketing, le design...

Il y a 1 commentaire à cet article
  1. Pingback: Ma Critique de « Patient zéro » de Philippe Besson | 6x8=42

Laisser un commentaire